NAHDA Index du Forum

NAHDA
Forum de la renaissance islamique

 FAQFAQ   RechercherRechercher   MembresMembres   GroupesGroupes   S’enregistrerS’enregistrer 
 ProfilProfil   Se connecter pour vérifier ses messages privésSe connecter pour vérifier ses messages privés   ConnexionConnexion 

Israël : Avigdor Lieberman rattrapé par ses affaires

 
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    NAHDA Index du Forum -> Savoir -> Géopolitique -> Sionisme
Sujet précédent :: Sujet suivant  
Auteur Message
Mouslim
membre sultan
membre sultan

Hors ligne

Inscrit le: 20 Avr 2010
Messages: 493
Localisation: la terre d'Allah
Masculin
Point(s): 610
Moyenne de points: 1,24

MessagePosté le: Mer 22 Déc - 18:17 (2010)    Sujet du message: Israël : Avigdor Lieberman rattrapé par ses affaires Répondre en citant

                                                 slm






  



Sioniste, pédophile, et il fait 16 % aux elections ...

Homme politique juif allemand, né à Montauban de parents juifs allemands. « Il m’était arrivé plusieurs fois que certains gosses ouvrent ma braguette et commencent à me chatouiller. Je réagissais de manière différente selon les circonstances, mais leur désir me posait un problème. Je leur demandais : "Pourquoi ne jouez-vous pas ensemble, pourquoi m’avez-vous choisi, moi, et pas d'autres gosses ?" Mais s’ils insistaient, je les caressais quand même ». « J’avais besoin d’être inconditionnellement accepté par eux. Je voulais que les gosses aient envie de moi, et je faisais tout pour qu’ils dépendent de moi ». dans son livre Le Grand Bazar (Belfond, 1975) « Nous sommes tous des juifs allemands » Nouvelle meeting à la Sorbonne le 28 mai 1968



                                                                                   Ca en dit l'ont sur la personaliter que peuvent avoir les hommes politique du sionisme




MICHEL SABBAH : "LA HAMAS NOUS PROTEGE"

Tranchant sur le pessimisme ambiant, l’ancien patriarche latin de Jérusalem, 77 ans, veut toujours croire à la cohabitation harmonieuse avec l’islam.


Quelle est la situation des chrétiens de Palestine ?
Elle est la même que pour tous les Arabes de Palestine. Chrétiens ou musulmans, nous faisons partie d’un même peuple, d’une même culture, d’une même histoire. Un peuple qui est en conflit avec un autre peuple. Un peuple occupé militairement qui n’a pas besoin de compassion, mais de justice. Dans un contexte politique très tendu, nous essayons de faire face au même défi. Qu’est-ce qu’être chrétien ? C’est être envoyé à une société, à un monde que nous n’avons pas choisi parce qu’il nous est donné. Notre vocation est donc d’être chrétien dans une société arabe et majoritairement musulmane. C’est une expérience que nous connaissons bien, nous avons plusieurs siècles d’histoire commune derrière nous.

Pourtant, aujourd’hui, on parle de persécutions antichrétiennes…
Des incidents individuels entre musulmans et chrétiens peuvent parfois prendre une dimension communautaire. Dans ce cas, il existe des médiateurs, des familles reconnues pour leur sagesse et leur autorité, capables de régler les conflits. Mais, je peux en témoigner, en Palestine, cela n’est jamais allé plus loin. Aucun massacre, aucun attentat contre les églises, aucune persécution ouvertement antichrétienne. Même à Gaza, les chrétiens sont protégés par le Hamas, souvent présenté comme une organisation terroriste.




Est-ce la même chose en Irak ?
Non, là-bas les chrétiens sont victimes de la violence et sont tués parce qu’ils sont chrétiens. Mais il s’agit de motivations politiques, non religieuses. Les extrémistes espèrent ainsi déstabiliser le pays. Beaucoup de sunnites ou de chiites sont tués pour les mêmes raisons. Il ne sert à rien d’accuser l’islam de tous les maux. Travailler à la paix et à la justice, en Irak comme ailleurs, est le meilleur moyen d’éviter un exode massif des chrétiens d’Orient. Un problème politique doit trouver une solution politique.



Que répondez-vous à ceux qui défendent l’idée d’un choc des civilisations ?
Il y a un choc, mais il n’est ni religieux, ni culturel. Il est politique. L’Occident traite l’Orient, et ceux qui y habitent, qu’ils soient chrétiens ou musulmans, comme des mineurs. Tant qu’il y aura ce rapport de dominant à dominé, on ne sortira pas de la spirale de la violence. Les racines du terrorisme mondial sont là. L’Orient n’est pas libre de son destin, il est soumis à la domination occidentale. Le problème, ce n’est pas l’islam, c’est la confrontation entre l’Orient et l’Occident. Le colonialisme historique a cédé la place à un autre colonialisme, plus larvé, mais non moins réel.



Vous n’avez donc pas peur de l’expansion de l’islam ?
C’est un fantasme alimenté par ceux qui ne comprennent pas l’Orient, en général, et l’islam, en particulier. Tant que les Palestiniens se sentiront opprimés, tous les musulmans du monde se sentiront solidaires avec eux et pourront causer des perturbations à l’intérieur des sociétés où ils vivent. Il faut mettre fin à ce rapport du fort au faible entre l’Occident et le monde musulman et mener des actions d’éducation à la citoyenneté, au respect de l’autre. Développons une culture de coexistence active, apprenons à nous connaître, à vivre et à agir ensemble.





Israël : Avigdor Lieberman rattrapé par ses affaires


En cas d'inculpation pour fraude, le ministre des Affaires étrangères serait contraint de démissionner.

La carrière de diplomate d'Avigdor Lieberman pourrait tourner court. Le très controversé ministre israélien des Affaires étrangères risque d'être poussé vers la porte de sortie. Après plusieurs années d'investigations, une équipe spéciale de policiers a remis cette semaine un dossier présenté comme accablant au procureur général Menahem Mazouz.

Selon la radio militaire, citant des hauts responsables de la police, les enquêteurs disposent de «suffisamment de preuves» pour recommander l'inculpation d'Avigdor Lieberman pour fraude, abus de confiance et blanchiment d'argent. En cas d'inculpation officielle, le ministre serait contraint de démissionner. Depuis des années, Avigdor Lieberman clame son innocence et se présente comme la victime d'un «harcèlement» de la police et de la justice. «Je ne serai jamais inculpé», a-t-il proclamé cette semaine au Parlement. Mais, de l'avis de la plupart des commentateurs, le dossier constitué par la police semble très solide. Il apparaîtrait notamment qu'Avigdor Lieberman aurait créé une «chaîne de sociétés», dont certaines seraient totalement fictives, notamment à Chypre avec l'aide d'hommes d'affaires russes et autrichiens, ont précisé la radio militaire et le Yédiot Aharonot, quotidien à grand triage. Ce dispositif aurait permis à Avigdor Lieberman de «blanchir» d'importantes sommes d'argent qui auraient ensuite «atterri dans sa poche».

Si la police recommande une inculpation en bonne et due forme, Avigdor Lieberman pourra présenter ses arguments lors d'une audience pour se défendre avant que la justice ne tranche. La classe politique et les commentateurs n'ont toutefois pas attendu la fin de cette procédure, qui pourrait durer plusieurs mois, pour se livrer à des paris sur le prochain chef de la diplomatie et le maintien ou non d'Israël Beitenou, le parti ultranationaliste d'Avigdor Lieberman, au sein de la coalition.

L'enjeu est important : cette formation a réalisé une percée aux législatives de février si bien que Benyamin Nétanyahou, le chef du gouvernement, s'est vu contraint, pour constituer une majorité, de céder aux exigences de son encombrant allié en lui accordant un «grand ministère».

Cette décision n'a apparemment pas été des plus judicieuses pour l'image de marque d'Israël à l'étranger. En raison des accusations de racisme anti-arabe lancées contre lui, le ministre des Affaires étrangères est devenu pratiquement persona non grata dans une bonne partie du monde. Cet «isolement» diplomatique est tel qu'Avigdor Lieberman en a lui même tiré les conclusions en affirmant récemment qu'il ne se sentait pas en droit de négocier le sort des colonies israéliennes de Cisjordanie avec George Mitchell, l'émissaire spécial de Barack Obama au Moyen-Orient, en raison d'un «conflit d'intérêts» - dû au fait qu'il habite l'une de ces colonies.

Un argument pour le moins étrange qui visait surtout à tenter d'expliquer les raisons pour lesquelles il avait été mis sur la touche lors des discussions avec les Américains. Ces pourparlers ont été pris en main par Ehoud Barak, le ministre travailliste de la Défense. En Europe, Nicolas Sarkozy a également porté un coup sévère à Avigdor Lieberman en refusant de le recevoir en mai, puis en suggérant à Benyamin Nétanyahou le mois dernier, lors d'un entretien à l'Élysée, de se «débarrasser» de son ministre des Affaires étrangères, selon des témoins ayant assisté à la rencontre.
_________________
Allahu 3arlem [ DIEU est Le plus Savant ]


Revenir en haut
Publicité






MessagePosté le: Mer 22 Déc - 18:17 (2010)    Sujet du message: Publicité

PublicitéSupprimer les publicités ?
Revenir en haut
Montrer les messages depuis:   
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    NAHDA Index du Forum -> Savoir -> Géopolitique -> Sionisme Toutes les heures sont au format GMT + 1 Heure
Page 1 sur 1

 
Sauter vers:  

Index | Creer un forum | Forum gratuit d’entraide | Annuaire des forums gratuits | Signaler une violation | Conditions générales d'utilisation
Powered by phpBB © 2001, 2005 phpBB Group
Traduction par : phpBB-fr.com