NAHDA Index du Forum

NAHDA
Forum de la renaissance islamique

 FAQFAQ   RechercherRechercher   MembresMembres   GroupesGroupes   S’enregistrerS’enregistrer 
 ProfilProfil   Se connecter pour vérifier ses messages privésSe connecter pour vérifier ses messages privés   ConnexionConnexion 

Biographie du Prophète (Sallalahû Alayhi wa Salam)

 
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    NAHDA Index du Forum -> Savoir -> Patrimoine -> Histoire
Sujet précédent :: Sujet suivant  
Auteur Message
MudjahidaFisabililLLah
membre novice
membre novice

Hors ligne

Inscrit le: 20 Jan 2009
Messages: 38
Localisation: France
Féminin
Point(s): 212
Moyenne de points: 5,58

MessagePosté le: Ven 29 Mai - 12:07 (2009)    Sujet du message: Biographie du Prophète (Sallalahû Alayhi wa Salam) Répondre en citant




Lecture du début jusqu'à la page 50 (le pouvoir chez les autres arabes)

Cadre de vie des tribus arabes:

La position naturelle et géographique de la péninsule lui donnait une importance considérable, son entourage de déserts et de sables lui conférait l'aspect d'une forteresse infranchissable, et de ce fait, difficile à envahir.
De plus, elle était à elle seule une ouverture sur le monde, le nord ouest ouvrait sur l'Afrique, le nord est sur l'Europe, l'est sur la Perse, l'Asie Centrale et l'Extreme Orient, qui amenait en Inde et en Chine.
De ce fait, le nord et le sud de la péninsule devint un véritable centre culturel, religieux et artistique.
  

Les tribus arabes :

On compte les arabes disparus, tels les 'Ad et Thamoud, les arabes de souche descendants de Qahtan, appelés les Qahtanites, et enfin, les arabes d'adoption, descendants d' Ismaïl, nommés les Adnanites.
Parmi les Adnanites, on compte les Azdites, qui comprennent notamment les Aws et Khazraj ainsi que d'autres...
L'origine des arabes d'adoption est leur premier ancêtre, Ibrahim (Alayhi Salam) , originaire de l'Iraq et qui migra ensuite vers Harrân, puis en Palestine.
Une fois en Egypte LE Pharaon (à ne pas confondre avec Pharaon tout court lol, tenta d'abuser de Sarah, la femme d'Ibrahim (Alayhi Salam), qui resta chaste et digne. En récompense, le Pharaon donna sa fille Hajir, comme domestique pour Sarah, qui la maria plus tard à Ibrahim (Alayhi Salam). Le nouveau couple eurent ensemble Ismaïl, et Hajir dut être exilée avec son enfant dans une vallée stérile du Hijaz, à cause de la jalousie de Sarah.
C'est alors qu'Allah fit jaillir la source de Zamzam, pour nourrir Hajir et Ismaïl.
Plus tard, la tribu de Jourhoum vint s'installer près de la source. Ismaïl se maria ensuite avec une femme jourhoumite, avec qui il eut 12 garçons, qui donnèrent naissance aux 12 tribus.
La tribu de Nabit et celle de Kaydar furent celles qui prospérèrent le plus.

C'est cette dernière qui donna naissance à Adnan, 21 eme aieul dans la chronologie du Prophète  saws , dont se réclament les arabes adnanites.

Les Qouraichites descendent donc de Kinana, puis Moudar, puis Nizar, puis Maad, puis Adnan (en remontant).

La tribu de Abd Manaf faisait partie des Qoraich, et se divisait en 4 familles, dont Hachim, celle du Prophète  saws Mohammed Ibn Abdillah, Ibn Abdil-Mouttalib, Ibn Hâchim.

Le pouvoir chez les arabes :

On compte les rois couronnés en état de dépendance, comme la monarchie du Yémen, de la Syrie et de Hira, et les chefs de tribus et de clans.
De la monarchie du Yémen, on retient l'histoire du juif Thou Nouwwas en 523 G, qui jeta au fossé enflammé les chrétiens refusant d'abandonner leur religion (bataille du fossé), ainsi que l'histoire de Abraham, ibn Al Achram, qui prit le pouvoir comme général en 549 G et qui mobilisa une armée pour détruire la Kaaba (les gens de l'Elephant).

En Syrie, le dernier roi Jalabaibn Al Ayhom se convertit à l'islam au temps de Omar ibn al Khattab.

Au Hijaz, Ismail dirigea la Mecque et la Kaaba toute sa vie et fut remplacé par ses fils Nabit et Kaydar.
La tribu des Moudar avait un grand rôle notamment lors du pélerinage.
Un certain Kousay prit ensuite le contrôle de la Mecque avant de l'envahir en 440, il avait alors un grand pouvoir, lui et les Qoraichites.
A sa disparition, Banou Abd Manaf tirèrent au sort Hachim ibn Abd Manaf, à qui succéda Abd al Mouttalib ibn Hachim ibn Abd Manaf, grand père du Prophète saws .
   

_________________
Ô notre Seigneur! Déverse sur nous l'endurance et fais nous mourir entièrement soumis.
( Al A'raf verset 126)


Dernière édition par MudjahidaFisabililLLah le Ven 29 Mai - 14:09 (2009); édité 2 fois
Revenir en haut
Publicité






MessagePosté le: Ven 29 Mai - 12:07 (2009)    Sujet du message: Publicité

PublicitéSupprimer les publicités ?
Revenir en haut
MudjahidaFisabililLLah
membre novice
membre novice

Hors ligne

Inscrit le: 20 Jan 2009
Messages: 38
Localisation: France
Féminin
Point(s): 212
Moyenne de points: 5,58

MessagePosté le: Ven 29 Mai - 13:26 (2009)    Sujet du message: Lecture de la page 50 à 70 Répondre en citant


Le pouvoir chez les autres arabes :

Les tribus situées près de Hira dépendait formellement mais pas rééllement de la monarchie de Hira. Quant aux tribus de la steppe à l"intéreur de la péninsule, elles étaient libres, obéissaient à des chefs et répondaient à l'esprit de clan.

Le chef de tribu était très écouté, et son pouvoir peut être comparé à celui du tyran.

La situation politique :


Les trois provinces voisines des terres étrangères connaissaient une situation politique dramatique, les sujets étant complètement lésés et dirigés par leurs seigneurs.
L'injustice dominait et les droits individuels étaient inexistants.
Quant aux tribus situées à l'intérieur de la péninsule, leur situation n'était guère meilleure, les divergences tribales, raciales et religieuses prévalaient.
Le gouvernement du Hijaz était respecté, vu comme le centre religieux.

Les religions des arabes :

La majorité des Arabes se réclamaient de la religion d'Ibrahim (Alayhi Salam) et adoraient Allah
, qu'ils considéraient comme dieu unique. Ils négligeaient certains aspects du culte mais restèrent attachés au monothéisme, jusqu'à l'arrivée du chef de Khouzaaa, Amr Ibn Louhay, qui bouleversa totalement la situation à cause notamment de l'un de ses voyages en Syrie, où il vit les gens adorer des idoles. Il revint donc de ce voyage avec Houbal, une idole, et la plaça à l'intérieur de la Kaaba, incitant les gens à l'adorer.
Son peuple le suivit, ainsi que les gens du Hijaz, et le chirk se répandit largement.
Les trois plus grandes idoles étaient alors Manat, al Lat et al Ozza.
Assisté, soit disant, d'un djinn, Amr Ibn Louhay, sut à quel endroit les idoles du peuple de Nouh (Alayhi Salam) étaient enterrées, il les déterra alors et les offrit aux tribus de sorte que chacune d'entre elle disposait d'une idole.
Jusqu'à l'arrivée du Prophète saws qui les détruisit, il s'y trouva 360 idoles.

Les idoles étaient alors vues par le peuple comme une innovation positive.
Les gens s'attachaient à elles, les créditaient d'un pouvoir d'intercession auprès d'Allah 
, faisaient le pélerinage et se prosternaient devant elles, leur offraient des sacrifices, leur réservaient une partie de leur nourriture, considéraient une partie de leur nourriture comme tabou...

De plus, les Arabes s'adonnaient également à la consultation du sort par le biais de Zalam, baguettes non couvertes de plumage. Ces zalam leur permettaient de prendre des décisions mais aussi de décider si l'un d'eux était de leur généalogie ou non. Ils étaient également supersititieux à l'égard de certains jours, certaines femmes etc...

Certains rites d'Ibrahim (Alayhi Salam) demeuraient toutefois en vigueur, telle la circumambulation, le pélerinage, la Oumra etc...
Les Qoraichites introduisirent néanmoins dans ces rites une foule d'innovation, se considérant entre autres d'un rang supérieur.

Si les profanes effectuaient le hajj pour la première fois, ils revêtaient les vêtements des Khoums (qoraichites), sinon, ils l'effectuaient nus. Les femmes ne se revêtaient quant à elles que d'un simple lambeau.

Après l'état de sacralisation ihram, les Qoraichites n'entraient dans leurs maisons que par l'arrière, pratique qu'Allah

Les juifs tenaient également un rôle important, suite à l'émigration de plusieurs tribus juives au Hijaz, le judaisme se répandit parmi les Arabes. Parmi les plus illustres tribus juives, on compte celles de Khaybar, an Nadir, Kouraidha...
Le juif Thou Nouwas appela les chrétiens de Najran au judaisme,jetant dans un fossé de flammes ceux qui rejetaient son appel. Entre 20 000 et 40 000 personnes périrent en 523 G. Le Coran relate cette histoire (sourate bouroudj).

Le christianisme entra en Arabie par l'intermédiaire des Romains et des Abyssiniens. Certains se convertirent au christianisme par l'appel de l'ascète Faymiyoun.
En 525 de l’ère chrétienne, le chrétien Abraham régna sur le Yémen et y répandit sa religion, au point de construire une église au Yémen, nommée la Kaaba Yéménite. Il voulut alors détruire le temple d’Allah
, mais Celui-ci l’en empêcha par un châtiment.

Certaines tribus arabes et certains rois de Hira se convertirent tout de même au christianisme.
Le mazdéisme se retrouvait ça et là, quant au sabéisme, la religion du peuple d’Ibrahim (Alayhi Salam), il connut sérieusement le déclin face au judaisme et au christianisme.

La situation religieuse :

Les Arabes qui prétendaient suivre le culte d’Ibrahim (Alayhi Salam) en étaient donc très loin, prônant même l’associationnisme (chirk). Avec le temps, ils reprirent les traditions et habitudes des païens.

Les juifs quant à eux étaient dominateurs et orgueilleux, et les chrétiens étaient devenus tels des paganistes, perdus dans la confusion entre l’homme et Dieu.

Aspect de la société arabe antéislamique :

La situation sociale :
Chez les nobles, la relation entre l’homme et sa famille était très développée, l’homme demeurant toutefois le détenteur de l’autorité. Les relations homme-femme étaient régies par un contrat de mariage, la femme devant obéissance à ses parents.
Dans d’autres milieux, la mixité, la débauche, la fornication et la prostitution étaient de mise. Il existait alors plusieurs formes de mariage, dont certaines où la femme avait des rapports sexuels avec plusieurs hommes, en désignant un arbitrairement comme le père en cas de grossesse ! Les hommes avaient le droit à un nombre illimité d’épouses. Le divorce dépendait uniquement de la volonté de l’homme. La fornication avait libre court dans tous les milieux, et les gens allaient jusqu’à se vanter d’être fornicateurs.

Certains enterraient leurs filles vivantes par crainte de la pauvreté, ceci n’étant toutefois pas une pratique générale. L’esprit de clan (al assabiyya) régissait les relations humaines, mais la rivalité au sujet de la noblesse et du courage menait parfois à des guerres entre tribus de même souche (Aws et Khazraj).
Les guerres inter tribales étaient quant à elles fréquentes et ne s’interrompait qu’au cours des mois sacrés.
La femme n’avait aucune valeur, et les autorités bien trop préoccupées à faire du profit au détriment de leur peuple.
décrit comme mauvaise dans le Saint Coran.  

_________________
Ô notre Seigneur! Déverse sur nous l'endurance et fais nous mourir entièrement soumis.
( Al A'raf verset 126)


Revenir en haut
MudjahidaFisabililLLah
membre novice
membre novice

Hors ligne

Inscrit le: 20 Jan 2009
Messages: 38
Localisation: France
Féminin
Point(s): 212
Moyenne de points: 5,58

MessagePosté le: Ven 29 Mai - 14:05 (2009)    Sujet du message: Lecture de la page 70 à 95 Répondre en citant

 

Aspect de la société arabe antéislamique (suite)


La situation économique :

Le commerce était le principal moyen d’obtenir de l’or, or la tournée commerciale était rarement possible, du fait des nombreux conflits.
Ainsi, les marchés ne se tenaient principalement que pendant les mois sacrés. L’artisanat arabe accusait un énorme retard. On trouvait néanmoins le tissage et la teinture au Yémen, à Hira et en Syrie. Cependant étant donné les nombreuses guerres et les pillages qui vont de pair, la pauvreté, la faim et la nudité étaient générales.

La morale :

Le comportement des gens de l’époque antéislamique présentait des contradictions, car bien que s’adonnant parfois à des comportements immoraux, ils faisaient également preuve de qualités précieuses parmi lesquelles la générosité qui se manifestait notamment par des prix du sang très élevés. Boire du vin était considéré dans leur société comme un moyen de susciter la générosité.
Le jeu de hasard se pratiquait également beaucoup et les gains étaient dépensés en majeure partie pour nourrir les pauvres. Le Coran ne nie pas d’ailleurs l’utilité du vin et de ces jeux, mais précise que pour les deux le péché est plus grand que le bénéfice.

Plusieurs autres qualités caractérisaient leur caractère, notamment le respect des engagements auxquels ils tenaient plus que tout, allant jusqu’à tuer leurs propres enfants ou détruire leur maison, la noblesse d’âme également et le refus de subir l’humiliation et l’injustice. Ils faisaient montre également d’une grande détermination, de bonté, patience et douceur, simplicité et nomadisme. Toutes ces qualités peuvent expliquer en partie le choix de ce peuple afin de porter le message universel.



Généalogie et famille du Prophète saws


La généalogie du Prophète saws

Elle comporte trois parties, la première fait l’unanimité et remonte à Adnân, la seconde fait objet de divergences et va de Adnân à Ibrahim et la troisième apparaît assez faible et va de Ibrahim à Adam.

La famille prophétique :

Il s’agit de la famille Hâchimite, en référence à son grand-père Hâchim ibn Abd Manâf.

Hâchim :

C’est lui qui se chargea du ravitaillement en eau et de la nourriture des pèlerins du côté de Bani Abd Manaf. Il fut le premier à nourrir les pèlerins de la Mecque. Son surnom Hachim (il s’appelait en vérité Amr) venait du fait qu’il cassait le pain (hachama = casser). Il est celui qui institua les voyages d’hiver et d’été des Qoraich. Sa femme mit au monde leur fils Abdil Mouttalib en 497G, il fut éduqué par la famille de sa femme exclusivement. Hâchim eut au total 4 fils et 5 filles.

Abdoul-Mouttalib :

Al Mouttalib, le frère de Hâchim s’occupa après lui du ravitaillement en eau et en nourriture des pèlerins. Lorsqu’il eut 7 ou 8 ans, Al Mouttalib emmena Abdoul Mouttalib avec lui, et ce dernier grandit ainsi chez lui. A la mort d’Al Mouttalib, Abdoul Mouttalib fut investi à sa place et connaissait déjà une grande renommée.
L’histoire du puits de Zamzam est fortement liée à ce dernier, en effet, en rêve, il reçut l’ordre de creuser ce dernier, ce qu’il fit, et il trouva à cet emplacement des épées des cuirasses et deux gazelles en or qu’avaient laissées les Jourhoumites. Il forgea une porte pour la Kaaba à partir des épées, porte qu’il orna de plaques d’or obtenues en fondant les gazelles. Ainsi fut institué le ravitaillement en eau de Zamzam des pèlerins. Allah aida Abdoul-Mouttalib en lui envoyant une pluie face aux qoraichites qui lui disputait la charge de ce ravitaillement. En remerciement, Abdoul Mouttalib fit le serment de sacrifier un fils pour Allah, si Allah lui en donnait 10.
Une autre histoire liée à Abdoul Mouttalib est celle de la bataille de l’éléphant, qui eut lieu fin février ou début mars 571G peu avant la naissance du prophète alors qu’Abraha As Sabah, l’Abyssinien, représentant du Négus au Yémen, construisit une église à San’a pour y détourner le pèlerinage des arabes. Un homme de Bani Kinanasouilla la kiblah de l’église une nuit, ce qui rendit Abraha fou de rage, et il décida alors, accompagné d’une armé de 60 000 hommes et de 9 ou 13 éléphants, de détruire la Ka’ba. Toutefois, Allah voulut qu’entre Mouzdalifa et Mina, son éléphant s’agenouilla et refusa d’avancer. Allah leur envoya ensuite des oiseaux qui leur envoyaient des pierres, ce qui anéantit complètement l’armée. Quant à Abraha, il fut frappé d’une maladie qui lui prit tous les doigts avant que son cœur ne sorte de sa poitrine et ainsi il mourut.
Abdoul Mouttalib avait 10 fils et 6 filles.

Abdoullah :

Le père du Prophète saws . Il était le fils le plus beau et le plus aimé d’Abdoul Mouttalib.
Rappelons qu’Abdoul Mouttalib avait fait le serment de sacrifier un de ses fils si Allah  azwaj lui en donnait 10. Le nom de Abdillah sortit du tirage au sort, il était donc le fils à sacrifier. Alors qu’il s’apprêta à l’immoler, les qoraichites l’en empêchèrent et lui conseillèrent de consulter une devineresse, qui lui dit d’ajouter 10 chameaux chaque fois que le nom d’Abdillah sortira. Arrivé au nombre de 100, le sort choisit les chameaux. Il égorgea alors les 100 chameaux à la place de son fils. Ainsi, la rançon (diya) qui était alors de 10 chameaux, passa à 100 chameaux après cet évènement, ce que l’islam approuva par la suite.
Le Prophète  saws est donc issu de 2 offrandes, comme il le dit dans un hadith, celle d’Ismail et d’Abdillah.
AbdoulMouttalib choisit pour son fils la meilleure des femmes qoraichites en terme de généalogie et de rang social, Amina, fille de Wahb ibn Abd Manaf. Il mourut, selon la majorité des avis des historiens, avant la naissance du prophète
Abdoullah laissa à sa mort 5 chameaux, un troupeau de mouton, une servante abyssinienne du nom de Baraka ou Oum Ayman, nourrice du Prophète saws

La naissance et les 40 ans avant la mission prophétique :

La naissance :


Le Prophète  saws naquit dans le carré de Bani Hachîm à La Mecque le lundi 9 Rabia Al Awwal en 571G. Sa mère rapporte qu’il est sorti d’elle une lumière qui éblouit les palais de Syrie. On rapporte également, avec une chaîne de transmission cependant non nette, que 14 balcons s’écroulèrent au palais de Kisra et le feu qu’adoraient les Mages s’éteignit. Le prophète fut circoncis le septième jour après sa naissance. Thouwayba, la captive affranchie d’Abi Lahab l’allaita après sa mère, ce fut la même Thouwayba qui allaita Hamza Ibn Abdil Mouttalib.

Mohammad saws chez Bani Saad :

Abdoul Mouttalib prit Halima, une femme de Bani Saad ibn Bakr, comme nourrice pour le Prophète saws
Son oncle Hamza ibn Abdil Mouttalib est donc également son frère de lait par deux fois, par Thouwayba et aussi par sa propre nourrice qui allaita un jour le prophète
Halima témoigne de la bénédiction que lui a apporté le Prophète  saws , alors qu’aucune nourrice ne voulait de lui, étant orphelin de père. Elle se résigna à le prendre n’ayant trouvé aucun nourrisson à part lui, et dès lors, sa situation changea, ses seins se gonflèrent de lait, et ses animaux jadis très pauvres en lait, offrirent du lait en abondance.
Le Prophète  saws resta avec elle jusqu’à ses 4 ou 5 ans, jusqu’au moment où l’ange Gabriel (Alayhi Salam) lui fendit le cœur, duquel il sortit une sangsue qu’il lava dans une cuvette en or avec de l’eau de Zamzam avant de la bander et de la remettre en place.

Retour de Mohammad  saws chez sa mère :

Mohammad  saws resta chez sa maman jusqu’à ses 6 ans. Un jour alors que sa maman Amina décida d’aller commémorer le décès de son époux en visitant sa tombe, qui se trouvait alors à 500 km, une maladie la toucha et elle en mourut.

Mohammad  saws à la charge de son grand père :

Abdoul Mouttalib se chargea donc de son petit-fils après la mort de sa maman, et lui vouai beaucoup de compassion. Abdoul Mouttalib mourut à son tour à la Mecque alors que le Prophète  saws avait un peu plus de 8 ans. Il était cependant déjà à la charge de son oncle, Abou Tâlib.

Mohammad  saws chez son oncle Abou Tâlib :

Encore une fois, Mohammad  saws était très aimé et bien soigné par son oncle.

L’appel à la pluie :

Un jour que les qoraichites se plaignirent de la sécheresse, Abou Tâlib prit le Prophète  saws , mit son dos contre le Ka’ba et lui fit signe du doigt, c’est alors que les nuages apparurent et apportèrent une pluie bienfaisante.

Rencontre avec le moine Bahirâ :

A 12 ans, lors d’un voyage de commerce en Syrie avec son oncle, Mohammad  saws rencontra le moine Bahirâ, qui le reconnut et l’appela ‘le guide des mondes’, affirmant l’avoir reconnu grâce à plusieurs signes : la prosternation des arbres d’Al Aqaba lors de son passage, le sceau de la prophétie en dessous du cartilage de son épaule. Il affirme que ce Prophète  saws est mentionné dans leurs livres. Dans le but de le protéger, le moine conseilla à Abou Talib de ramener l’enfant à la Mecque, ainsi il le renvoya là bas par crainte des romains et des juifs.

La guerre des Foujjâr :

Il s’agit d’une guerre qui opposa le groupe Qoraich et Kinana contre Kays Aylan.
Les Kinanites finirent par gagner le conflit qui fut nommé ainsi en raison de la violation de l’interdiction de combattre pendant les mois sacrés. Mohammad saws , qui avait alors une vingtaine d’années, y assista, en ramassant les flèches.

Le pacte de Foudoul :

Ce pacte fut conclu par certaines tribus des qoraichites et prévoit l’assistance de tout mecquois victime d’une injustice, accord qui contraignait également le coupable à réparer son injustice. Le Prophète  saws affirma plus tard que dans l’islam, il aurait été tout aussi favorable à la conclusion de ce pacte.

Une vie d’efforts et de travail :

Le Prophète  saws n’avait pas de travail fixe au début, il gardait parfois des moutons. A 25 ans, il se rendit en Syrie pour le commerce avec un jeune homme nommé Maysara, au service de Khadija, une commerçante noble et riche.

Le mariage de Mohammad  saws avec Khadija :

Après avoir constaté et entendu de la part de Maysara les éloges de Mohammad saws , Khadija lui fit savoir par l’intermédiaire d’une de ses amies, Nafisa bint Maniya, qu’elle aimerait l’épouser. Le Prophète  saws demanda alors à ses oncles de demander à l’oncle de Khadija la main de celle-ci. Il l’épousa alors qu’elle avait 40 ans, sa dot étant de 20 vaches. Elle lui donna 6 enfants, dont 2 garçons qui moururent en bas âge. Les filles devinrent toutes musulmanes et émigrèrent à Médine. Elles moururent avant leur père, sauf Fatima, qui mourut 6 mois après lui.

La construction de la Ka’ba et la question d’arbitrage :

Les qoraichites entreprirent de la reconstruire lorsque Mohammad saws eut 35 ans. Al Walid ibn al Moughira commença le premier la démolition. La Ka’ba fut divisée en plusieurs parties, chaque partie gérée par une tribu. La question de qui s’occuperaient de replacer la pierre noire divisa les tribus qui décidèrent de prendre comme juge le premier qui pénétrerait la mosquée. Il s’agit alors de Mohammad saws , qui utilisa un manteau de façon à ce que chaque chef de tribu en tint un morceau pour soulever la pierre, puis Mohammed  saws se chargea de la placer.

Aspects généraux de la biographie du Prophète  saws avant le début de la mission :

Il était un modèle de pensée lumineuse. Il ne buvait pas de vin ni ne mangeait ce qui avait été sacrifié ou immolé pour les dieux. Il n’assistait pas aux fêtes des idolâtres et éprouvait de l’aversion pour l’adoration des idoles. Lorsque par deux fois, il voulut commettre quelque bêtise de jeunesse, ALLAH  azwaj l’en éloigna en l’endormant. Il était surnommé Al Amîn, le probe, et aidait les pauvres.

L’époque mecquoise :

L’époque mecquoise de la vie de Mohammad  saws en tant que messager dura 10 ans, et se divise en une étage de 3 ans de l’appel secret, une étape qui s’étend jusqu’à l’émigration à Médine de la propagation du message au niveau de la Mecque, et une étape de généralisation de l’appel en dehors de la Mecque. L’époque médinoise dura quant à elle 13 ans.
  

_________________
Ô notre Seigneur! Déverse sur nous l'endurance et fais nous mourir entièrement soumis.
( Al A'raf verset 126)


Dernière édition par MudjahidaFisabililLLah le Ven 29 Mai - 15:30 (2009); édité 1 fois
Revenir en haut
MudjahidaFisabililLLah
membre novice
membre novice

Hors ligne

Inscrit le: 20 Jan 2009
Messages: 38
Localisation: France
Féminin
Point(s): 212
Moyenne de points: 5,58

MessagePosté le: Ven 29 Mai - 14:47 (2009)    Sujet du message: Lecture de la page 95 à 115 Répondre en citant

L’avènement de la prophétie et de la mission :


Dans la grotte de Hira :

Alors qu’il eut environ une quarantaine d’années lunaires, le Prophète  saws , se sentant éloigné de son peuple, préféra s’isoler, avec des vivres et de l’eau dans la grotte de Hira, dans la montagne de la lumière (Jabal an Nour) située à environ 4 km de La Mecque.
Il y passait le mois de Ramadhan, y méditait sur les signes universels et nourrissaient les pauvres qui l’y rejoignaient. Il resta ainsi 3 ans avant qu’Allâh  azwaj ne lui fasse porter le message de l’islam.


Djibril (Alayhi Salam) descendit avec la révélation :

Les signes de la prophétie lui apparurent alors qu’il avait plus de 40 ans, et durèrent 6 mois, signes parmi lesquels on compte le fait qu’une pierre de La Mecque saluait le Prophète  saws et que tous les rêves faits par le Prophète  saws se réalisaient.
Djibril (Alayhi Salam) révéla les premiers versets du Coran le lundi 21 Ramadhan de l’année 610G.
Il se présenta à lui en lui disant « récite », à quoi le Prophète  saws répondit qu’il ne savait pas réciter. L’ange l’étrangla alors presque jusque l’étouffement avant de répéter son injonction, à laquelle Mohammad saws répondit de nouveau qu’il ne savait pas réciter. Ceci se produisit 3 fois avant que le premier verset ne soit révélé :

اقْرَأْ بِاسْمِ رَبِّكَ الَّذِي خَلَقَ
96.1. Lis, au nom de ton Seigneur qui a créé,
خَلَقَ الْإِنسَانَ مِنْ عَلَقٍ

96.2. qui a créé l'homme d'une adhérence.
اقْرَأْ وَرَبُّكَ الْأَكْرَمُ
96.3. Lis ! Ton Seigneur est le Très Noble,
(sourate 96, 1 à 3)


Le Prophète  saws sortit de cette expérience tremblant et retourna auprès de Khadija lui demandant de l’envelopper, Khadija lui fit confiance et le mena chez son cousin Waraka ibn Nawfal ibn Asad ibn Abdil-Ozza, un grand sage chrétien qui reconnut en ce qu’on lui racontait, une loi divine. Il annonça au Prophète  saws une vie de difficultés avant de mourir peu après.



La période d’interruption de la révélation :

Elle se serait interrompue quelques jours, pendant lesquels le prophète se trouvait dans un état de tristesse et d’affliction.
A plusieurs reprises, il songea même à mettre fin à ses jours, mais Jibril (Alayhi Salam) venait l’en dissuader lorsqu’il se trouvait en haut d’une montagne, prêt à sauter, en lui disant : « Mohamed, tu es sans aucun doute le messager d’Allah. »



Djibril (Alayhi Salam) apporte la révélation de nouveau :

Dès que le Prophète  saws se senti mieux et qu’il se mit de nouveau à attendre la suite de la révélation, Djibril (Alayhi Salam)  se manifesta de nouveau. Le Prophète  saws raconta qu’alors qu’il marchait, une voix l’appela du ciel et il vit l’ange assis sur une chaise entre ciel et terre. Le Prophète  saws roula à terre et rentra chez lui, demandant à être enveloppé.
Furent alors révélés les versets suivants :



يَا أَيُّهَا الْمُدَّثِّرُ
74.1. ô, toi (Muhammad) ! Le revêtu d'un manteau !
قُمْ فَأَنذِرْ
74.2. Lève-toi et avertis.
وَرَبَّكَ فَكَبِّرْ
74.3. Et de ton Seigneur, célèbre la grandeur.
وَثِيَابَكَ فَطَهِّرْ
74.4. Et tes vêtements, purifie-les.
وَالرُّجْزَ فَاهْجُرْ
74.5. Et de tout péché, écarte-toi.
(sourate 74, versets 1 à 5)

Ces versets comportent deux types de missions données au Prophète  saws :

communiquer et avertir (Lève toi et avertis), c’est-à-dire, avertir contre le châtiment qui les menacent s’ils ne sortent pas de leur égarement.

Appliquer lui-même les ordres d’Allah  azwaj afin d’obtenir Sa satisfaction et d’être un exemple.

Quant au verset ‘et purifie tes vêtements’, il fait allusion à la purification des vêtements et du corps et de la purification de tout associationnisme.

Le premier verset de la sourate comprend un appel pour désigner Mohammed  saws comme porteur du message, le destinant à une vie d’épreuves et de djihad (O toi le revêtu d’un manteau, lève toi et avertis !)

Il mena ainsi une vie de difficultés pendant 20 ans ensuite, afin de porter le lourd mais merveilleux fardeau qu’est la révélation.



Délimitation des étapes de la révélation :


Voici ces étapes telles que définies par Ibn Al Qayyim :

Le rêve prémonitoire comme début de la révélation

L’ange inspira l’esprit et le cœur du Prophète  saws en restant invisible

L’ange apparaissait sous forme humaine, les compagnons le voyaient parfois

L’ange venait avec quelque chose ressemblant à des grelots, le front du Prophète  saws se mettait alors à ruisseler et sa monture se vautrait lorsqu’il voulait l’enfourcher

Le Prophète  saws voyait l’ange tel qu’Allah  azwaj l’avait créé, ceci se produisit à 2 reprises

Ce qu’Allah  azwaj lui révéla directement la nuit de l’ascension, dont l’obligation de la prière

Allah  azwaj lui parla directement sans l’intermédiaire d’un ange, comme Allah  azwaj avait parlé à Moussa (Alayhi Salam)

Certains oulémas ajoutent une étape, lorsqu’Allah  azwaj s’adressa au prophète face à face, sans voile. Cette étape ne se fonde sur aucune preuve.




PREMIERE ETAPE

L’EFFORT D’APPEL A ALLAH azwaj




Trois ans d’appel secret :

La Mecque était à ce moment un centre religieux contenant les idoles sacrées, et parvenir à la purification de la croyance du peuple de tout associationnisme était une lourde tâche, ainsi l’appel commença par être secret.



Les premiers fidèles :

Le Prophète saws exposa en premier lieu l’islam à ses proches et les premiers musulmans, nommés as Sâbiqoun al Awwaloun ‘les pionniers’ étaient Khadija bint Kouwaylid, femme du Prophète  saws , son esclave affranchi Zayd ibn Hâritha ibn Chourâhil Al Kalbi, son cousin Ali ibn Abi Tâlib, qui alors était à la charge du prophète et son ami intime Abou Bakr As Siddik.
Abou Bakr devint par la suite un prêcheur à l’islam, et par la grâce d’Allah puis grâce à son appel, plusieurs autres se convertirent dont Othman ibn Affan, Saad ibn Abi Wakkas, Talha ibn Oubaydillah etc…
Bilal ibn Rabah al Habachi fut également parmi les premiers musulmans.
La première génération de musulmans, dont la liste ne se termine pas ici, comptaient uniquement des membres de la tribu Qoraich.
Tous embrassèrent l’islam en secret à ce moment-ci. Puis l’islam se propagea à La Mecque et fit parler de lui.



La prière :

L’ordre en fut donné antérieurement, selon Ibn Hajar, le Prophète  saws priait avant le voyage nocturne. Certains disent qu’une seule prière était obligatoire.
La première forme d’obligation avait été la prescription des ablutions.




La nouvelle parvint à tous les Qoraichites :

Malgré le fait que la nouvelle de l’appel leur parvint, ceux-ci ne s’en soucièrent pas puisqu’il n’était pas encore question de s’opposer à leur religion ni à leurs divinités. Puis le Prophète  saws reçut l’ordre d’informer sa tribu, ce qui impliquait donc de combattre l’idolâtrie.





LA DEUXIEME ETAPE

LA GENERALISATION DE L’APPEL





Le premier ordre de rendre l’appel manifeste :

Il est contenu dans ce verset :

وَاخْفِضْ جَنَاحَكَ لِمَنِ اتَّبَعَكَ مِنَ الْمُؤْمِنِينَ
26.214. Et avertis les gens qui te sont les plus proches.

Avant cela, un texte relatant l’histoire de Mussa (Alayhi Salam) fut révélé, comme pour préparer le prophète lui-même à ce qui l’attendait.



L’appel des proches :

Après la révélation de ce verset, le Prophète  saws appela donc Bani Hachim, soit environ 45 hommes, dont Abou Lahab qui s’empressa de prendre la parole comme pour dissuader Mohammed  saws de lancer son appel. Le Prophète saws ne trouva ainsi pas opportun de parler en ce moment, et les rappela une autre fois, louant et implorant Allah azwaj .
Il les appela alors à la croyance en Allah l’unique.
Son oncle Abou Talib lui apporta son soutien, tout en refusant cependant de quitter sa religion.



Sur le mont As Safa

Le Prophète  saws se tint une fois au sommet du mont As Safa et y rassembla les qoraichites, les appelant à l’unicité d’Allah azwaj . C’est ce jour où Abou Lahab maudit le Prophète saws en ces termes :

« Que tu périsses le reste du jour ! ».

C’est alors qu’Allah  azwaj fit descendre ce verset :

تَبَّتْ يَدَا أَبِي لَهَبٍ وَتَبَّ
111.1. Que périssent les deux mains d'Abu-Lahab et que lui-même périsse.



L’exposé de la vérité et la réaction des associateurs

Le Prophète  saws se mit à prêcher ouvertement l’islam lors des rassemblements des associateurs après la révélation de ce verset :

فَاصْدَعْ بِمَا تُؤْمَرُ وَأَعْرِضْ عَنِ الْمُشْرِكِينَ
15.94. Expose donc clairement ce qu'on t'a commandé et détourne-toi des associateurs.

Dès lors, il se mit à prier nuit comme jour dans la cour de la Kaaba. Les gens entraient alors un à un en islam.




Le groupe consultatif pour empêcher les pèlerins d’écouter l’appel :

A l’approche du pèlerinage, les qoraichites craignirent que Mohammed saws ne profite de l’occasion pour appeler les gens à l’islam. Ils décidèrent donc d’avertir les arabes au sujet de Mohammed saws . Ils se réunirent chez Al Walid ibn Al Moughira qui leur fit plusieurs propositions parmi lesquelles celles de dire que Mohammed saws n’était qu’un devin, un fou, un poète ou un magicien. Finalement, ils mirent en garde en disant :
 
« C’est un magicien qui vous apporte une parole magique séparant l’homme de son père, de son frère, de sa femme et de son clan, fuyez-le ! ».

Au sujet de Al Walid furent révélés ces versets :

إِنَّهُ فَكَّرَ وَقَدَّرَ
74.18. Il a réfléchi. Et il a décidé.
فَقُتِلَ كَيْفَ قَدَّرَ
74.19. Qu'il périsse ! Comme il a décidé !
ثُمَّ قُتِلَ كَيْفَ قَدَّرَ
74.20. Encore une fois, qu'il périsse; comme il a décidé !
ثُمَّ نَظَرَ
74.21. Ensuite, il a regardé.
ثُمَّ عَبَسَ وَبَسَرَ
74.22. Et il s'est renfrogné et a durci son visage.
ثُمَّ أَدْبَرَ وَاسْتَكْبَرَ
74.23. Ensuite il a tourné le dos et s'est enflé d'orgueil.
فَقَالَ إِنْ هَذَا إِلَّا سِحْرٌ يُؤْثَرُ
74.24. Puis il a dit : “Ceci (le Coran) n'est que magie apprise
إِنْ هَذَا إِلَّا قَوْلُ الْبَشَرِ
74.25. ce n'est là que la parole d'un humain”.


Abou Lahab quant à lui, disait aux gens :
« Ne lui obéissez pas, c’est quelqu’un qui a quitté sa religion, qui ment. » 
 

_________________
Ô notre Seigneur! Déverse sur nous l'endurance et fais nous mourir entièrement soumis.
( Al A'raf verset 126)


Revenir en haut
MudjahidaFisabililLLah
membre novice
membre novice

Hors ligne

Inscrit le: 20 Jan 2009
Messages: 38
Localisation: France
Féminin
Point(s): 212
Moyenne de points: 5,58

MessagePosté le: Ven 29 Mai - 15:16 (2009)    Sujet du message: Lecture de la page 115 à 135 Répondre en citant


Les diverses techniques mises en œuvre contre l’appel

Les Qoraichites utilisèrent plusieurs méthodes pour étouffer l’appel du Prophète saws

La première fut la moquerie et le dénigrement, traitant Mohammed  saws de fou, de magicien ou encore de menteur.

La seconde fut de dénaturer ses enseignements et de diffuser de fausses informations à son sujet, assimilant le Coran à des contes d’anciens.

وَقَالُوا أَسَاطِيرُ الْأَوَّلِينَ اكْتَتَبَهَا فَهِيَ تُمْلَى عَلَيْهِ بُكْرَةً وَأَصِيلاً
25.5. Et ils disent : “Ce sont des contes d'anciens qu'il se fait écrire ! On les lui dicte matin et soir ! ”

Enfin, ils empêchèrent également les gens d’écouter le Coran en les divertissant, citons An Nadr ibn Al Harith qui narrait aux gens les récits des rois de Perse, affirmant ensuite que son discours était aussi beau que celui de Mohammed saws . Prenons aussi l’exemple de An Nadr, qui divertissait les gens au moyen d’une esclave chanteuse qu’il avait achetée.

Les persécutions :

Au début de la quatrième année de l’avènement de la prophétie débutèrent réellement les hostilités. Les Qoracihites usèrent alors de châtiments corporels à l’encontre des convertis. Le plus acharné d’entre eux était bien sûr Abou Lahab et sa femme. On compte d’indénombrables récits de torture, dont le plus célèbre est celui de Bilal.
Abou Bakr acheta Bilal afin de le protéger et de l’affranchir et il en fit de même avec bon nombre d’esclaves croyants victimes de sévices.

Attitude des associateurs à l’égard du Messager d’Allah saws

Ce dernier était sous la protection efficace de son oncle Abi Talib, cependant, les Qoraichites, n’en pouvant plus de voir dénigrer leurs idoles, décidèrent de négocier avec ce dernier.

La délégation des Qoraichites auprès d’Abi Talib

Ils lui demandèrent en premier lieu de leur laisser Mohammed saws , ou de le retenir. Abou Talib n’en fit rien.

Les Qoraichites menacent Aba Talib

Ils le menacèrent alors, lui demandant de retenir son neveu, à défaut, ils se verraient alors dans l’obligation de le combattre, lui et Mohammed. Abou Talib raconta ceci au Prophète , qui lui répondit qu’il propagerait l’appel, dusse t il en périr.
Abou Talib ne donna alors pas suite à la demande des Qoraichites.

Les Qoraichites encore une fois chez Abi Talib

Ils lui proposèrent le plus jeune et le plus beau des Qoraichites, en échange de Mohammed saws . Abou Talib rejeta de nouveau leur demande, et ils décidèrent alors d’utiliser l’agression.

Les agressions contre le Messager d’Allah saws

Abou Lahab, l’oncle et voisin du Prophète  saws à la tête des associateurs décida donc d’infliger à Mohammed saws des agressions physiques.
Sa femme, Oumm Jamil, est nommée par le Coran la porteuse de bois, car elle plaçait des épines sur le passage du Prophète saws et à l’entrée de sa maison durant la nuit.

وَامْرَأَتُهُ حَمَّالَةَ الْحَطَبِ
111.4. de même sa femme, la porteuse de bois ,

فِي جِيدِهَا حَبْلٌ مِّن مَّسَدٍ
111.5. à son cou, une corde de fibres.

Elle décida, après la révélation de la sourate qui la maudissait, de jeter des pierres sur le Prophète  saws , mais Allah  azwaj saws .

Entre autres agressions, citons le fait qu’ils jetaient sur le Messager  saws en prière, des utérus de chèvre ou encore lui posait sur le dos les restes de chameaux égorgés alors qu’il était en prosternation.
Allah  azwaj dans le Coran parle d’Abou Jahl ainsi que de ses compagnons.

Abou Jahl une fois venu voir le Prophète  saws avec l’intention de couvrir son visage de poussière, trouva entre lui et le Prophète  saws un fossé rempli de flammes et d’anges. Il recula alors.

Dar al Arqam

Suite à ces persécutions, le Prophète  saws interdisait aux musulmans de faire connaître publiquement leur conversion. Il ne se réunissait avec eux que de manière secrète, jusqu’à ce qu’un groupe d’infidèles les aperçurent, et qu’eut lieu le premier affrontement, à la quatrième année de l’avènement de la prophétie. Saad IbnAbi Waqqas frappa un homme et versa son sang, ce fut là le premier sang versé de l’histoire de l’islam. Les musulmans s’effacèrent ensuite par précaution.

La première émigration vers l’Abyssinie

Les agressions se firent si violentes que la vie à La Mecque était devenue quasiment impossible pour les nouveaux musulmans. Suite à la révélation du verset où Allah  azwaj mentionne le caractère vaste de la terre :

قُلْ يَا عِبَادِ الَّذِينَ آمَنُوا اتَّقُوا رَبَّكُمْ لِلَّذِينَ أَحْسَنُوا فِي هَذِهِ الدُّنْيَا حَسَنَةٌ وَأَرْضُ اللَّهِ وَاسِعَةٌ إِنَّمَا يُوَفَّى الصَّابِرُونَ أَجْرَهُم بِغَيْرِ حِسَابٍ

39.10. Dis : “ô Mes serviteurs qui avez cru ! Craignez votre Seigneur”. Ceux qui ici-bas font le bien, auront une bonne [récompense]. La terre d'Allah est vaste et les endurants auront leur pleine récompense sans compter.

le Messager  saws décida d’ordonner aux musulmans l’émigration vers l’Abyssinie, où se trouvait Négus, un roi juste qui ne leur ferait aucun tord. Ainsi, au mois de Rajab de la cinquième année de l’avènement de la prophétie, 12 hommes et 4 femmes émigrèrent, dont le premier couple après Ibrahim et Lout, à émigrer dans la voie d’Allah, Othman ibn Affan et sa femme, Roukayya, la fille du Prophète .

Prosternation des associateurs avec les musulmans et retour des émigrés

Jusqu’alors les associateurs avaient pris soin de ne pas écouter la révélation coranique. Un jour de Ramadhan, alors qu’il se rendit au Haram, le Prophète  saws surprit les Qoracihites et leur récita la sourate les Etoiles. Lorsqu’il arriva au verset

فَاسْجُدُوا لِلَّهِ وَاعْبُدُوا
53.62. Prosternez-vous donc à Allah et adorez-Le .

il se prosterna, et devant la majesté des paroles d’Allah azwaj , les Qoraichites en firent autant.
Ils s’empressèrent ensuite de reprendre leurs mauvaises actions à l’égard des musulmans, pour faire oublier leur « erreur ». Il s’excusèrent auprès des leurs, forgeant le mensonge selon lequel ils se sont prosternés car Mohammad  saws aurait loué leurs divinités.

Une fausse information parvint aux émigrés en Abyssinie, et ceux-ci crurent que les Qoraichites s’étaient convertis. Ils décidèrent alors de rentrer à la Mecque au mois de Chawwal. Mis au courant de la fausseté de l’information, certains rebroussèrent chemin et d’autres arrivèrent tout de même à la Mecque.

La deuxième émigration en Abyssinie

Le Prophète  saws demanda ensuite à nouveau à ses compagnons d’émigrer en Abyssinie, et une délégation de 83 ou 82 hommes et 18 ou 19 femmes s’y rendit. Cette émigration se fit plus difficilement que la première, les Qoraichites y étant préparés, mais Allah  azwaj leur facilita le voyage.
l’aveugla, au point qu’elle ne vit qu’Abou Bakr dans la mosquée, lui qui était pourtant juste à côté du Messager saws  

_________________
Ô notre Seigneur! Déverse sur nous l'endurance et fais nous mourir entièrement soumis.
( Al A'raf verset 126)


Revenir en haut
MudjahidaFisabililLLah
membre novice
membre novice

Hors ligne

Inscrit le: 20 Jan 2009
Messages: 38
Localisation: France
Féminin
Point(s): 212
Moyenne de points: 5,58

MessagePosté le: Ven 29 Mai - 15:27 (2009)    Sujet du message: Lecture de la page 135 à 156 Répondre en citant

Le complot des Qoraichites contre les musulmans émigrés en Abyssinie :

Les Qoraichites chargèrent deux hommes robustes, à savoir Amr ibn Al As et Abdoullah ibn Abi Rabi’aa (avant leur conversion), afin de discuter avec le Négus dans l’espoir de récupérer les musulmans émigrés. Ils lui apportèrent maints cadeaux et lui parlèrent de manière à le convaincre que les musulmans n’étaient que de simples rebelles, s’étant détournés de la religion de leurs ancêtres.

Le Négus décida toutefois d’écouter la version des musulmans, qui se défendirent et racontèrent les sévices qu’ils subissaient à cause de leur nouvelle foi. Les musulmans lui récitèrent alors quelques versets, et le Négus réitéra sa décision de protèger les musulmans.
Les Qoraichites accusèrent alors les musulmans de proférer des propos au sujet de Issa (Alayhi Salam) , propos qui ne réjouirait sûrement guère le chrétien qu’était Négus.
Les musulmans répondirent que Issa était le serviteur, le messager, l’esprit et la parole d’Allah  azwaj insufflé à la vierge Marie.
Le Négus assura de nouveau sa protection aux musulmans.

Certains admettent que cette histoire eut lieu après la bataille de Badr, d’autres disent qu’elle eut lieu deux fois, wa Allaho a’lem.


La violence des supplices et la tentative de supprimer le messager d’Allah saws

Les associateurs revinrent plus acharnés et plus violents encore à l’égard des musulmans restés à La Mecque, musulmans qui étaient soit détenteurs de noblesse, soit sous la protection de quelqu’un.
Ils continuaient néanmoins de cacher leur conversion. Seul le prophète  swt , respectant les ordres qu’Allah  azwaj avait fait descendre avec Ses versets, clamait son appel haut et fort.
Otayba, fils d’Abi Lahab, agressa un jour le Prophète saws au point que ce dernier invoqua Allah  azwaj pour qu’Il lache sur lui un de Ses chiens. Son invocation fut exaucée lorsqu’un lion le décapita alors qu’il était en voyage en Syrie.

Le Prophète  saws continuait donc à être victime d’agressions, toutes plus violentes les unes que les autres, dont une de laquelle il fut épargné lorsque Abou Bakr eut dit aux agresseurs : « allez vous tuer un homme parce qu’il a simplement dit qu’Allah est son seigneur ? ».


La conversion de Hamza ibn Abdil Mouttalib :

Il embrassa l’islam à la fin de la 4ème année de la prophétie, au mois de Dhull Hijja, selon la majorité des oulémas.
Il se convertit suite à l’agression du Prophète saws par Abou Jahl. Exténué contre Abou Jahl, il lui dit alors : « tu oses injurier mon neveu alors que je professe sa religion ? ».Sa conversion fut donc d’abord l’expression d’un refus de voir humilier le Prophète  saws , avant qu’Allah  azwaj ne la transforme en une véritable conversion.


La conversion de Omar ibn al Khattab

Il se convertit au mois de Dhul Hijja de la sixième année de prophétie, trois jours après Hamza. (?)
L’islam pénétra son cœur progressivement, lui qui était jadis connu pour sa dureté et pour les supplices corporels qu’il faisait subir aux musulmans. Alors qu’il apprit la conversion de sa sœur Fatima et de son époux, il se rendit chez eux et les frappa. Puis, regrettant son acte, il demanda à lire les feuillets qu’ils se faisaient lire. Il tomba sous le charme de ce verset

إِنَّنِي أَنَا اللَّهُ لَا إِلَهَ إِلَّا أَنَا فَاعْبُدْنِي وَأَقِمِ الصَّلَاةَ لِذِكْرِي
20.14. Certes, c'est Moi Allah : point de divinité que Moi. Adore-Moi donc et accomplis la Salat pour le souvenir de Moi.

et demanda qu’on l’amène au Prophète  saws . Alors que le Prophète saws recevait la révélation, Omar se convertit à l’islam. Rappelons que le Prophète saws avait demandé sa conversion à Allah  azwaj en ces termes :

« Seigneur, fortifie l’islam en y faisant entrer, suivant ta préférence, Omar ibn al Khattab ou Abou Lahab Ibn Hicham. »

La nouvelle de la conversion de Omar était un coup dur pour les Qoraichites, qui perdirent là un homme fort. Pour les musulmans au contraire, elle fut source de réjouissance.
Il fut surnommé Al Farouq, car il fut le premier à oser sortir avec les musulmans au grand jour, Ibn Mass’oud raconte : « nous ne pouvions pas prier à la Kaaba avant la conversion de ‘Omar. »


Le représentant des Qoraichites face au Messager d’Allah saws

Les Qoraichites dépêchèrent un dénommé Abal Walid pour qu’il se rende parler au Prophète  saws .
Il lui proposa de réunir de l’argent et lui donner afin qu’il devienne le plus riche, de le prendre comme chef, comme roi ou de lui chercher un guérisseur. Ce à quoi le Prophète saws répondit par ces versets :

حم
41.1. Ha, Mim .

تَنزِيلٌ مِّنَ الرَّحْمَنِ الرَّحِيمِ
41.2. [C'est] une Révélation descendue de la part du Tout Miséricordieux, du Très Miséricordieux.

كِتَابٌ فُصِّلَتْ آيَاتُهُ قُرْآناً عَرَبِيّاً لِّقَوْمٍ يَعْلَمُونَ
41.3. Un Livre dont les versets sont détaillés (et clairement exposés), un Coran [lecture] arabe pour des gens qui savent,

بَشِيراً وَنَذِيراً فَأَعْرَضَ أَكْثَرُهُمْ فَهُمْ لَا يَسْمَعُونَ
41.4. annonciateur [d'une bonne nouvelle] et avertisseur. Mais la plupart d'entre eux se détournent; c'est qu'ils n'entendent pas.

وَقَالُوا قُلُوبُنَا فِي أَكِنَّةٍ مِّمَّا تَدْعُونَا إِلَيْهِ وَفِي آذَانِنَا وَقْرٌ وَمِن بَيْنِنَا وَبَيْنِكَ حِجَابٌ فَاعْمَلْ إِنَّنَا عَامِلُونَ
41.5. Et ils diront : “Nos cœurs sont voilés contre ce à quoi tu nous appelles, nos oreilles sont sourdes. Et entre nous et toi, il y a une cloison, Agis donc de ton côté; nous agissons du notre”.

Abal Walid, étonné par la beauté des versets, proposa de mettre le Prophète  saws en quarantaine.


Les chefs des Qoraichites négocient et Abou Jahl veut le tuer :

Les chefs exigèrent de Mohammed saws des signes tels que la marche des montagnes, l’aplanissement du pays etc.., ce à quoi ce dernier répondit que tout était entre les mains d’Allah azwaj .
Abou Jahl prévit alors de frapper le Prophète  saws à coups de pierres, mais alors qu’il s’en était approché, il demeura terrifié, incapable de bouger, la pierre qu’il tenait étant toute desséchée. Il affirma ensuite avoir alors vu un étalon de chameau prêt à le dévorer. Le Prophète  saws expliqua ensuite qu’il s’agissait de Jibril (Alayhi Salam)


Pourparlers et concessions :

Les qoraichites, pas totalement convaincus que le Prophète  saws était dans l’erreur, lui proposa de croire en Allah  azwaj sans abandonner leurs divinités et que lui –même croit en leurs divinités dans laisser Allah azwaj , de manière à voir qui est meilleur à adorer. La sourate « les infidèles » fut alors révélée. Ils lui demandèrent ensuite de modifier le Coran, suite à quoi furent révélés les versets suivants

وَإِن كَادُواْ لَيَفْتِنُونَكَ عَنِ الَّذِي أَوْحَيْنَا إِلَيْكَ لِتفْتَرِيَ عَلَيْنَا غَيْرَهُ وَإِذاً لاَّتَّخَذُوكَ خَلِيلاً
17.73. Ils ont failli te détourner de ce que Nous t'avions révélé, [dans l'espoir] qu'à la place de ceci, tu inventes quelque chose d'autre et (l'imputes) à Nous. Et alors, ils t'auraient pris pour ami intime.

وَلَوْلاَ أَن ثَبَّتْنَاكَ لَقَدْ كِدتَّ تَرْكَنُ إِلَيْهِمْ شَيْئاً قَلِيلاً
17.74. Et si Nous ne t'avions pas raffermi, tu aurais bien failli t'incliner quelque peu vers eux

إِذاً لَّأَذَقْنَاكَ ضِعْفَ الْحَيَاةِ وَضِعْفَ الْمَمَاتِ ثُمَّ لاَ تَجِدُ لَكَ عَلَيْنَا نَصِيراً
17.75. Alors, Nous t'aurions certes fait goûter le double [supplice] de la vie et le double [supplice] de la mort; et ensuite tu n'aurais pas trouvé de secoureur contre Nous .


Le désarroi, les cogitations et les contacts avec les juifs :

Les Qoraichites contactèrent les juifs qui leur dirent :
« Interrogez-le sur 3 choses, s’il y répond, c’est un prophète et un messager, sinon, c’est un prétentieux. Interrogez-le sur les jeunes qui s’en allèrent dans le temps, à quoi revient leur sort, ceux-ci ont, en fait, une histoire étrange. Interrogez-le aussi sur un homme errant qui atteignit le levant et le couchant, quelle est son histoire ? Interrogez-le enfin sur le rouh et demandez-lui ce que c’est. »

c’est alors que fut révélée les jours suivants la sourate al Kahf, répondant aux 2 premières questions. La troisième eut sa réponse révélée dans la sourate al Isra (le voyage nocturne).


L’attitude d’Abi Talib et de son clan :

Il réunit Bani Hachim et Bani Abdil Mouttalib et leur demanda de protéger le Prophète saws .Un pacte fut alors signé, pacte auquel n’adhéra évidemment pas Abou Lahab.
  

_________________
Ô notre Seigneur! Déverse sur nous l'endurance et fais nous mourir entièrement soumis.
( Al A'raf verset 126)


Revenir en haut
MudjahidaFisabililLLah
membre novice
membre novice

Hors ligne

Inscrit le: 20 Jan 2009
Messages: 38
Localisation: France
Féminin
Point(s): 212
Moyenne de points: 5,58

MessagePosté le: Ven 29 Mai - 16:14 (2009)    Sujet du message: Lecture de la page 157 à 181 Répondre en citant

L’embargo général



Le pacte d’injustice et d’agression

Les Qoraichites constatèrent alors que Bani Hachim et Bani Abdil Mouttalib étaient résolus à garder le Prophète  saws . Ils décidèrent donc d’élaborer un pacte, selon lequel plus aucun lien de mariage ni de commerce n’existerait avec eux, à moins qu’ils ne consentent à leur livrer le Messager d’Allah saws

Ils conclurent donc ce pacte, qui fut accroché dans la Ka’aba.

Face à eux, les musulmans comme les païens de Bani Hachim et Bani Abdil Mouttalib (exception faite d’Abou Lahab) se léguèrent contre eux et demeurèrent reclus dans le fief d’Abi Talib à partir du mois de Muharram de la 7ème année de la prophétie (d’autres avancent d’autres dates).


Trois ans dans le fief d’Abi Talib

Les assiégés furent reclus dans ce fief au point d’être coupés de vivres, et de devoir se nourrir de feuilles. Le Prophète  saws et les musulmans ne sortaient qu’au cours du pèlerinage afin d’appeler à l’islam. La situation était devenue très difficile notamment pour les femmes et les enfants, affamés.


La destruction du feuillet renfermant le pacte


Au mois de Muharram de la 10ème année de la prophétie, le pacte fut détruit. Allah  azwaj informa le Prophète  saws qui informa Aba Talib de la destruction du pacte, rongé par les termites, ne laissant apparent que les noms rappelant Allah azwaj . Tel fut un signe de la prophétie. Avant que cette destruction ne soit remarquée, certains Qoraichites, dont Hicham Ibn Amr qui fut leur commanditaire, décidèrent de rompre le pacte, trouvant injuste de faire subir à leurs frères une telle situation. Ils réunirent donc quelques hommes avec eux, et annoncèrent à Abou Lahab et ses suiveurs la rupture du pacte.


La dernière délégation envoyée par les Qoraichites à Abi Talib


L’embargo levé, la pression exercée sur les musulmans ne cessa pourtant pas. Abi Talib commença à atteindre un âge avancé (80 ans) et les Qoraichites désirèrent une dernière fois tenter de négocier avec lui avant sa mort. Ils demandèrent donc à Abi Talib de faire en sorte que son neveu les laisse avec leur religion, en contrepartie de quoi ils promettent de le laisser avec la sienne. Pour toute réponse, le Prophète  saws , les invita a une parole qu’ils prononceraient et par laquelle ils maîtriseraient les Arabes et rendraient redevables les non-arabes. Cette parole est celle de l’islam, et consiste à attester qu’il n’y a de divinité autre qu’Allah azwaj , et ainsi d’abandonner les autres divinités.
Leur réponse est décrite dans la sourate Sad :

ص وَالْقُرْآنِ ذِي الذِّكْرِ
38.1. Sad. Par le Coran, au renom glorieux (Zikr) !

بَلِ الَّذِينَ كَفَرُوا فِي عِزَّةٍ وَشِقَاقٍ
38.2. Ceux qui ont mécru sont plutôt dans l'orgueil et le schisme !

كَمْ أَهْلَكْنَا مِن قَبْلِهِم مِّن قَرْنٍ فَنَادَوْا وَلَاتَ حِينَ مَنَاصٍ
38.3. Que de générations avant eux avons-Nous fait périr, qui ont crié, hélas, quand il n'était plus temps d'échapper ?

وَعَجِبُوا أَن جَاءهُم مُّنذِرٌ مِّنْهُمْ وَقَالَ الْكَافِرُونَ هَذَا سَاحِرٌ كَذَّابٌ
38.4. Et ils (les Mecquois) s'étonnèrent qu'un avertisseur parmi eux leur soit venu, et les infidèles disent : “C'est un magicien et un grand menteur,

أَجَعَلَ الْآلِهَةَ إِلَهاً وَاحِداً إِنَّ هَذَا لَشَيْءٌ عُجَابٌ
38.5. Réduira-t-il les divinités à un Seul Dieu ? Voilà une chose vraiment étonnante”.

وَانطَلَقَ الْمَلَأُ مِنْهُمْ أَنِ امْشُوا وَاصْبِرُوا عَلَى آلِهَتِكُمْ إِنَّ هَذَا لَشَيْءٌ يُرَادُ
38.6. Et leurs notables partirent en disant : “Allez-vous en, et restez constants à vos dieux : c'est là vraiment une chose souhaitable




L’ANNEE NOIRE



La mort d’Abi Talib

Il mourut au mois de Rajab de la 10ème année prophétique. Le Prophète  saws resta à son chevet dans le but de lui faire accepter l’islam, mais les paroles de Abou Lahab furent les plus fortes et la dernière parole qu’il prononça avant de mourir fut celle-ci : « Je reste dans la religion de ‘Abdel Mouttalib », mourant ainsi mécréant, promis à l’enfer. Le Prophète  saws voulut tout de même implorer le pardon d’Allah  azwaj pour lui, mais Allah  azwaj l’en empêcha :

مَا كَانَ لِلنَّبِيِّ وَالَّذِينَ آمَنُواْ أَن يَسْتَغْفِرُواْ لِلْمُشْرِكِينَ وَلَوْ كَانُواْ أُوْلِي قُرْبَى مِن بَعْدِ مَا تَبَيَّنَ لَهُمْ أَنَّهُمْ أَصْحَابُ الْجَحِيمِ
9.113. Il n'appartient pas au Prophète et aux croyants d'implorer le pardon en faveur des associateurs, fussent-ils des parents alors qu'il leur est apparu clairement que ce sont les gens de l'Enfer.


La mort de Khadija

Elle mourut peu après, au mois de Ramadhan de l’an 10 de la prophétie, l’âge de 65 ans, elle qui avait été si précieuse tout au long de sa vie avec le Messager d’Allah saws .
 

L’avalanche de tristesses

La tristesse envahit le cœur du Prophète  saws suite à ces deux évènements. A cela s’ajouta la succession d’épreuves toujours plus importantes les unes que les autres, et qui étaient devenues plus directes, après la mort de Abi Talib. Le Prophète saws tenta de chercher refuge à Taif, mais n’y trouva qu’hostilités pires encore que celles de la Mecque.
Abou Bakr avait lui-même quitté La Mecque, avant qu’un compagnon ne l’y ramène.


Le mariage du Prophète  saws avec Sawda

Au mois de Chawwal de l’an 10 de la prophétie, le Prophète saws épousa Sawda, qui faisait partie des premiers convertis et de la deuxième vague de musulmans ayant émigré en Abyssinie. Son mari était décédé.


Les facteurs d’endurance et de résolution

Qu’est ce qui poussa les musulmans à résister ainsi aux pires supplices infligés ? Plusieurs facteurs en effet parmi lesquels :

La foi en Allah  azwaj avant tout

La direction motivante assurée par le Messager d’Allah  swt , lequel était aimé d’un amour profond par ses compagnons

Le sens des responsabilités dont bénéficiaient les compagnons.

La foi en l’au-delà

La révélation du Coran, notamment des versets orientant les musulmans vers la voie droite

Les annonces de réussite contenues dans le Coran et émises par le Prophète saws

Enfin, le Messager d’Allah  saws sut déposer dans le cœur de ses compagnons la pureté de cœur, les vertus du caractère, la résistance aux passions…
 

_________________
Ô notre Seigneur! Déverse sur nous l'endurance et fais nous mourir entièrement soumis.
( Al A'raf verset 126)


Revenir en haut
MudjahidaFisabililLLah
membre novice
membre novice

Hors ligne

Inscrit le: 20 Jan 2009
Messages: 38
Localisation: France
Féminin
Point(s): 212
Moyenne de points: 5,58

MessagePosté le: Ven 29 Mai - 16:38 (2009)    Sujet du message: Lecture de la page 182 à la page 205 Répondre en citant

TROISIEME ETAPE : APPEL A L’ISLAM HORS DE LA MECQUE



Le Messager d’Allah  saws à Taîf

En l’an 10 de la prophétie, au mois de Chawwal, le Prophète  saws se rendit à pieds à Taif (111km de la Mecque) avec son esclave affranchi Zayd ibn Harithah. Il choisit trois frères parmi les chefs de la tribu des Taifiens, et les appela à l’islam. Tous refusèrent.

Il resta 10 jours à Taif, où il continuait d’appeler les notables de la ville à l’islam. Tous s’y refusèrent. Certains sots de la ville lui jetèrent même des pierres, blessant au visage Zayd, qui s’était interposé comme bouclier.

Le Prophète  saws alla se réfugier dans un jardin appartenant à Otba et Chayba, les deux fils d’un dénommé Rabîa. Là bas il rencontra Addâs, un chrétien originaire de Ninawâ. Le Prophète  saws lui fit remarquer qu’il était originaire du village d’un homme vertueux, Younous ibn Mattâ, précisant qu’il était le frère de ce dernier, en cela qu’ils sont tous deux prophètes. Addâs sur ce, crut en la prophétie du prophète, mais ses maîtres, les fils de Rabîa se fâchèrent contre lui.

Le Prophète saws , le cœur empli de tristesse décida donc de retourner à la Mecque, quant, à l’entrée de la ville, Allah  azwaj lui envoya l’ange Jibril (Alayhi Salam) accompagné de l’ange des montagnes qui proposa au Prophète  saws de renverser sur les mecquois les deux montagnes de la Mecque. Celui-ci répondit qu’au contraire, il préférerait qu’Allah  azwaj fasse sortir de leur postérité des gens monothéistes et pieux.

Sur le trajet vers la Mecque, il séjourna quelques jours dans la vallée Nakhla, où Allah  azwaj envoya un groupe de djinns qui écoutèrent le Coran

قُلْ أُوحِيَ إِلَيَّ أَنَّهُ اسْتَمَعَ نَفَرٌ مِّنَ الْجِنِّ فَقَالُوا إِنَّا سَمِعْنَا قُرْآناً عَجَباً
72.1. Dis : “Il m'a été révélé qu'un groupe de djinns prêtèrent l'oreille, puis dirent : “Nous avons certes entendu une Lecture [le Coran] merveilleuse,

يَهْدِي إِلَى الرُّشْدِ فَآمَنَّا بِهِ وَلَن نُّشْرِكَ بِرَبِّنَا أَحَداً

72.2. qui guide vers la droiture. Nous y avons cru, et nous n'associerons jamais personne à notre Seigneur.

Cet envoi fut conjoint à l’annonce d’un secours, ce qui dissipa la tristesse du Prophète saws , résolu à rentrer à La Mecque et communiquer de nouveau le message.

A la Mecque, après plusieurs demandes auprès de personnes différentes pour le protéger, le Prophète  saws reçut enfin la protection d’un dénommé Al Moutaim ibn Adi.




PRESENTATION DE L’ISLAM AUX TRIBUS ET AUX INDIVIDUS



Au mois de Dhul Qa’ada de l’an 10 de la prophétie, le Prophète  saws fut de retour à la Mecque.
Il profita du pèlerinage pour appeler à l’islam les tribus s’y rendant.

Les tribus auxquelles l’islam fut présenté :

Aucun de ces tribus ne répondit favorablement à l’appel, parmi elles on compte :

- banou Kalb : il les appela à l’islam en abordant les Banou Abdillah en disant ‘Allah  azwaj a rendu bon le nom de votre père’, cependant, ils tournèrent le dos.
- Banou Hanifa : furent ceux qui répondirent le plus négativement à l’appel, le Prophète saws les trouva pourtant dans leurs maisons
- Banou Amir ibn Saasaaa : ils refusèrent, puis consultèrent ensuite leur cheykh qui leur dit qu’ils avaient refusé là la vérité.


Les croyants non mecquois

Certains hommes parmi les tribus répondirent positivement à l’appel, parmi eux :

- Souwayd ibn As Sâmit : un poète intelligent, séduit par le coran, il fut tué lors d’une bataille. Sa conversion eut lieu au début de la 11ème année.
- Iyyâs ibn Mouaâth : un jeune homme de Yathrib, qui était resté discret sur sa conversion, que ses contribules connaissaient toutefois.
- Abou Thar al Ghifâri : il demanda au Prophète saws de lui présenter l’islam, qu’il accepta aussitôt. Il n’avait pas peur de déclarer ouvertement sa conversion aux Qoraichites, qui usaient de violence à son égard.
- Toufail ibn Amr ad Dousi : noble, poète, chef de tribu Dous. Il écouta le coran de la bouche du Prophète  saws et en fut convaincu. Il voulut alors appeler son peuple à l’islam et demanda à Allah  azwaj qu’Il lui envoie un signe ce signe fut une lumière pareille à une lampe qui lui marqua le visage. Sa femme et son père se soumirent. Son peuple se convertit de façon plus progressive.
- Damâd al Azdi : un exorciseur, qui proposa au Prophète saws de l’exorciser. Entendant l’attestation de foi, il s’y soumit aussitôt.

Six hommes de qualité parmi les habitants de Yahrib :

Au pèlerinage de l’an 11 de la prophétie (620G), furent semées des graines dont les fruits commençaient à germer.
Le Prophète  saws avait, afin de se protéger, décidé de rendre au visite aux tribus pendant la nuit. Sur la route de Mina, il rencontra 6 jeunes de Yathrib, les gens de Yathrib étant alliés aux juifs, ils avaient appris d’eux la venue prochaine d’un messager.
Le Prophète  saws leur parla et ils reconnurent en lui le messager d’Allah  azwaj et s’y soumirent aussitôt. Ils disséminèrent ensuite le message de l’islam à Médine au point qu’aucun foyer n’en soit épargné.

Mariage du Prophète saws avec Aicha :

Il se maria avec elle au mois de Chawwal de l’an 11 de la prophétie, alors qu’elle avait 6 ans. A 9 ans, elle rejoignit la maison conjugale à Médine.



LE VOYAGE NOCTURNE ET L’ASCENSION



De nombreuses tentatives ont été effectuées pour dater précisément le voyage nocturne du Prophète saws , de ce qui est sûr, nous pouvons affirmer qu’il eut lieu après la mort de Khadija, et qu’il fut très tardif, comme le mentionne Allah  azwaj dans la sourate portant le nom du voyage nocturne.

Nous rapporterons ici la description du voyage tel que mentionné par Ibn Al Qayyim.
Le Prophète  saws accomplit ce voyage de la sainte mosquée de Jérusalem, monté sur une monture du nom d’Al Bourak, en compagnie de Jibril( Alayhi Salam)
A Jérusalem, il dirigea la prière suivi par tous les prophètes et messagers. Ensuite, on le fit monter au premier ciel où il rencontra Adam, au deuxième où il vit Yahya (Alayhi Salam) et ‘Issa (Alayhi Salam), au troisième où il vit Youssouf (Alayhi Salam), au quatrième Idris (Alayhi Salam), au cinquième Haroun (Alayhi Salam), au sixième Moussa (Alayhi Salam) et au septième Ibrahim (Alayhi Salam)
Tous le saluèrent et reconnurent sa prophétie. Moussa (Alayhi Salam)  laissa couler des larmes, de tristesse en voyant ce que sa communauté a manqué comme bienfaits, et dont bénéficierait celle de Muhammad  saws , en cela qu’elle sera la plus nombreuse au paradis.
Il monta ensuite au Jujubier céleste et à la Maison Peuplée (bayt al Ma’mour). Enfin, il monta vers Allah azwaj , dont il fut proche de deux arcs ou moins, qui lui imposa 50 prières quotidiennes à lui et sa communauté. Sur les conseils de Mussa (Alayhi Salam) , Muhammad  saws implora ensuite plusieurs fois Allah azwaj qui finit par en réduire le nombre à 5.
Il est mentionné également par certains rapports la fente de la poitrine du Prophète saws .
Il vit également 4 fleuves du paradis, le paradis l’enfer et le gardien de l’enfer. Il vit également différents cas de gens de l’enfer comme les usuriers, les fornicateurs etc…

De retour à La Mecque, il informa son peuple des signes reçus, mais ceux-ci tournèrent encore une fois le dos, malgré le fait qu’il leur donna des informations au sujet de leur commerce qu’ils purent vérifier.

A partir de cet épisode, un cycle de l’appel à l’islam se terminait et un autre allait débuter.
 

_________________
Ô notre Seigneur! Déverse sur nous l'endurance et fais nous mourir entièrement soumis.
( Al A'raf verset 126)


Revenir en haut
MudjahidaFisabililLLah
membre novice
membre novice

Hors ligne

Inscrit le: 20 Jan 2009
Messages: 38
Localisation: France
Féminin
Point(s): 212
Moyenne de points: 5,58

MessagePosté le: Ven 29 Mai - 16:53 (2009)    Sujet du message: Lecture de la page 206 à 226 Répondre en citant


Le premier acte de reconnaissance d’Al Akaba

Les six hommes convertis de Yathrib ayant transmis le message de l’islam à leur tribu, la conséquence en fut que 12 hommes vinrent à La Mecque lors du pèlerinage de l’an 12.
Ils rencontrèrent le Prophète  saws à Mina à Al –Aqaba et lui firent acte de reconnaissance, s’engageant entre autres à ne rien associer à Allah et à s’abstenir de grands péchés.


L’ambassadeur de l’islam à Médine

Le Prophète  saws envoya donc avec ceux-ci un ambassadeur à Yathrib, qu’il chargea d’enseigner aux musulmans de là bas les principes de l’islam, ainsi que de propager la religion au sein des associateurs.
Il choisit pour cela Mous’ab ibn Omair, un jeune parmi les premiers convertis.

Le succès euphorique


Mous’ab fut surnommé Al Moukri, l’initiateur à la récitation du Coran. Il diffusa donc l’islam au sein du peuple de Yathrib, et son appel fut largement écouté.
Même les deux chefs de tribu au départ réticents se soumirent après avoir écouté Mous’ab leur exposer l’islam et leur réciter le Coran.
Leur tribu les suivit donc et se convertit entièrement, à l’exception de Al Osayrim, qui ne se soumit que le jour de la bataille d’Ohod, au cours de laquelle il fut tué.

Lors du pèlerinage de l’an 13, Mous’ab revint à la Mecque informer le prophète de son succès.

Le deuxième acte de reconnaissance d’Al Aqaba

Environ 70 musulmans de Yathrib assistèrent au pèlerinage de l’an 13. Ils s’accordèrent en secret avec le Prophète saws afin de se rencontrer à Al Aqaba, à l’emplacement de la Jamrah Al Oula à Mina, dans la nuit.
73 hommes et 2 femmes assistèrent à la rencontre. Muhammed  saws s’y rendit avec son oncle Abbâs ibn Abdil Mouttalib qui avait gardé sa religion, mais qui restait soucieux des affaires concernant son neveu.
Après avoir suffisamment insisté sur les responsabilités que ce pacte engendrait, une alliance religieuse et militaire fut donc conclue, nommé le Bayaa en arabe.

L’imam Ahmed rapporte selon Jâbir les clauses de ce pacte :

obéir aux ordres du Prophète  saws en n’importe quelle situation
avoir confiance en lui dans les moments faciles et difficiles
commander le bien et interdire le mal
aimer Allah  azwaj de sorte que personne ne puisse les En détourner
aider le Prophète  saws s’il les rejoint, et le protéger comme leurs propres personnes, leurs femmes et leurs enfants.

Réaffirmation de la gravité de la Bayaa et conclusion du pacte

Après avoir une nouvelle fois insisté sur l’importance de ce pacte, et après que le Prophète  saws eut promis le paradis en cas de respect du pacte, celui-ci fut conclu par un serrement de mains, à l’exception des femmes avec lesquelles le pacte fut conclu oralement, le Messager d’Allah  saws ne serrant jamais la main d’une étrangère.

Le choix de 12 dirigeants :

Le Prophète  saws demanda l’élection de 12 dirigeants, désignés comme responsables de la mise en application du pacte auprès de leur peuple. 9 furent choisis de la tribu d’Al Khazraj et 3 de la tribu des Aws.
Un autre pacte fut conclu avec eux en leur qualité de responsables.

Les Qoraichites protestent auprès des chefs de Yathrib

Le lendemain du pacte, des associateurs de la Mecque envoyèrent une délégation à Médine pour protester contre l’alliance auprès des associateurs médinois, lesquels n’étaient absolument pas au courant de l’affaire et donc, démentirent cela.

La confirmation de la nouvelle chez les Qoraichites et la poursuite des acteurs de l’alliance

Les associateurs s’empressèrent alors de poursuivre les gens de Yathrib, en vain, ils ne réussirent qu’à attraper Sa’ad ibn Obâda, qui fut ensuite libéré par des contacts qoraichites qu’il avait.

Cette deuxième bayaa est connue comme la plus grande bayaa d’Al Aqaba, s’ensuivit une réelle relation de fraternité entre les musulmans émigrés et ceux de Médine.



LES PREMICES DE L’HEGIRE



A partir de ce moment, le Prophète  saws autorisa les musulmans de la Mecque à émigrer vers Médine. Ils commencèrent donc à abandonner leurs biens pour se rendre à Médine, dans l’espoir de pratiquer leur foi au grand jour.
Les associateurs cependant étaient bien décidés à ne point les laisser partir, retenant parfois leur femme, leurs enfants ou leurs biens, mais les musulmans, par la grandeur de leur foi en ALLAH azwaj , acceptèrent d’abandonner leurs biens pourvus que leur foi fut sauvée. L’un d’entre eux fut également éprouvé en cela que les associateurs lui firent croire que sa mère refusait de se préserver du soleil et de se peigner à moins qu’il ne revienne.

Un peu plus de 2 mois après le deuxième pacte d’al Aqaba ne restaient plus à la Mecque que le Prophète  saws , attendant l’autorisation d’émigrer, ainsi que Abou Bakr et Ali, restés sous son ordre, et quelques musulmans toujours retenus malgré eux par les associateurs.
Même ceux qui avaient émigré en Abyssinie rejoignirent Médine.

A Dar an Nadwa le parlement des Qoraichites

Les associateurs commencèrent réellement à paniquer, à cause de l’importance de ce pacte, de la personnalité très prometteuse de Muhammed  saws , la puissance des tribus Aws et Khazraj qui le protègeaient, la position stratégique de Médine etc…
Ainsi, le 26 Safar de l’an 14 après la prophétie, le parlement des associateurs tint une assemblée à laquelle assista Shaytan, prenant pour l’occasion l’apparence d’un vieillard du Najd. Abou Jahl proposa de tuer le Prophète  saws en choisissant parmi chaque tribu un homme jeune et vigoureux, ainsi tous les jeunes assèneraient à Muhammed  saws un coup d’épée. La responsabilité serait donc divisée et Banou Abd manaf se contenteraient alors d’une rançon comme dédommagement.
 

_________________
Ô notre Seigneur! Déverse sur nous l'endurance et fais nous mourir entièrement soumis.
( Al A'raf verset 126)


Revenir en haut
MudjahidaFisabililLLah
membre novice
membre novice

Hors ligne

Inscrit le: 20 Jan 2009
Messages: 38
Localisation: France
Féminin
Point(s): 212
Moyenne de points: 5,58

MessagePosté le: Ven 29 Mai - 21:50 (2009)    Sujet du message: Lecture de la page 226 à 243 Répondre en citant

EMIGRATION DU PROPHETE saws



Jibril (Alayhi Salam) vint, sous ordre d’Allah  azwaj informer le Prophète  saws du complot des Qoraichites et lui transmettre l’autorisation d’émigrer, en précisant qu’il devait émigrer la nuit, et ne pas dormir à sa place habituelle.


Encerclement de la maison du  Prophète saws

Onze chefs avaient été choisis parmi les malfaiteurs associateurs, et ils se regroupèrent au premier tiers de la nuit devant la porte du Prophète  saws afin de sauter sur lui lorsqu’il se lèverait pour se rendre à la mosquée.


Le Messager d’Allah  saws quitte sa maison

Cette nuit-là, Ali prit place dans le lit du Prophète  saws à sa place, enveloppé dans son manteau vert.
Le Prophète  saws sortit, traversa les rangs des Qoraichites et leur répandit une poignée de sable sur la tête qui, par la grâce d’Allah  azwaj leur voila totalement les yeux

وَجَعَلْنَا مِن بَيْنِ أَيْدِيهِمْ سَدّاً وَمِنْ خَلْفِهِمْ سَدّاً فَأَغْشَيْنَاهُمْ فَهُمْ لاَ يُبْصِرُونَ.
36.9 et Nous mettrons une Barrière devant eux et une Barrière derrière eux; Nous les recouvrirons d'un voile : et voilà qu'ils ne pourront rien voir.

il rejoigna Abou Bakr chez lui et ils quittèrent ensemble la Mecque, pour se rendre vers la grotte de Thawr en direction du Yémen.Voyant Ali recouvert du manteau du Prophète saws dans le lit, ils ne s’inquiétèrent pas, ce qui laissa aux deux compagnons le temps de s’éloigner tranquillement.


De la maison à la grotte

Ce fut dans la nuit du 27 Safar de l’an 14 de la prophétie que le Prophète saws quitta sa maison. Il se rendit chez Abou Bakr avant de quitter la Mecque, en empruntant un chemin diamétralement opposé à celui menant à Médine. Ils parcoururent 9 km avant d’atteindre la montagne de Thawr, puis la grotte de Thawr.


Le Prophète  saws et Abou Bakr à l’intérieur de la grotte :

Abou Bakr se blessa en voulant boucher des trous dans la grotte pour en protéger le Prophète  saws . Ce dernier cracha alors sur les blessures, qui disparurent aussitôt.
Ils restèrent dans la grotte trois jours qui furent le vendredi, samedi et dimanche. Abdoullah, le fils de Abou Bakr était avec eux et rejoignait la Mecque chaque matin, pouvant ainsi informer les compagnons sur ce qui se passait.
Au dessus de la grotte, Amir ibn Fouhayra, l’esclave affranchi d’Abou Bakr laissait paître ses moutons, de façon à approvisionner les compagnons en lait la nuit, les quittant à l’aube et effaçant les traces de pas du fils de Abou bakr.

Les Qoraichites s’aperçurent ensuite qu’il s’agissait de ‘Ali dans le lit du Prophète saws et le frappèrent. N’ayant obtenu aucun renseignement au sujet du Prophète  saws de la part de ‘Ali, ils se rendirent chez Asmâ, fille d’Abou Bakr, et Abou Jahl alla jusqu’à la gifler,en vain puisqu’ils n’en tirèrent pas davantage d’informations.
Ils se mirent à surveiller chaque route partant de la Mecque en y mettant des hommes armés, et offrirent une prime de 200 chamelles à qui ramènerait les deux fugitifs morts ou vifs.
Ils parvinrent à atteindre la grotte dans laquelle se cachaient les compagnons, mais Allah azwaj a voulu qu’ils ne baissèrent pas les regards, et s’ils l’avaient fait, leurs regards seraient tombés sur les deux compagnons. Gloire à Allah !


Sur la route de Médine :

Lorsque les recherches se firent moins pressantes, les deux compagnons partirent en direction de Médine, accompagné d’un guide nommé Abdallah ibn Ouraykit Al Laythi qu’ils avaient engagé.
Ils voyagèrent ainsi toute la nuit jusqu’au lendemain midi sur une route déserte. Ils rencontèrent en route un berger qui les abreuva. Sourakah ibn Mâlik apprit d’un homme ayant aperçu deux silhouettes que le Prophète saws et Abou Bakr n’étaient pas loin. Il démentit l’homme, disant que ceux qu’il avait vus étaient deux personnages partis en avant, et secrètement prit la route afin de les rejoindre. Ainsi, il informa les compagnons au sujet de la situation et la nuit, leur servait de gardien.

Sur le trajet, ils passèrent devant la tente de Oumm Maabad, une femme robuste qui avait pour travail de nourrir et désaltérer les passants de lait. Les compagnons lui demandèrent si elle avait quelque chose à donner, mais elle se plaignit de l’année de pénurie et montra sa brebis, maigre et vide de lait. Le Messager d’Allah  saws posa sa main sur les mamelles de la brebis, invoqua Allah et obtint du lait en abondance, avec lequel il désaltéra la femme, puis ses compagnons de route, puis lui-même.

A la Mecque, Asma raconta que des vers relatant cette histoire furent entendus, prononcés par un djinn. Il leur permit alors de savoir que le Prophète  saws se dirigeait vers Médine.


La descente à Kouba :

Le Prophète saws descendit à Kouba le 8 Rabi’ al Awwal de l’an 14 de la prophétie, accueilli par les « ALLAHO Akbar » des musulmans.
Ali ibn Abi Talib, resté trois jours de plus à La Mecque pour rendre aux gens ce qu’ils avaient confié au Prophète saws rejoignit les compagnons à Kouba. Le Prophète  saws passa 4 jours à Kouba où il fondit la mosquée de Kouba, première mosquée fondée sur la crainte d’ALLAH azwaj après l’avènement de la prophétie, et y pria.


L’entrée à Médine :

Le Prophète  saws entra à Médine après la prière du vendredi. Depuis ce jour, la ville, anciennement appelée Yathrib, prit le nom de Madinatoul-rassoul, en abrégé Médine.
Quelques jours plus tard, sa femme Sawda, ses deux filles Fatima et Oum Koulthoum entre autres le rejoignirent.

Ici se termine la première étape de l’appel islamique


La vie à Médine :

Elle se divise en 3 étapes :

Une étape de perturbations et d’épreuves, d’obstacles au niveau interne, d’arrivée en masse d’ennemis pour déstabiliser Médine. Cette étape se clôtura avec la réconciliation d’al Houdaybiyya au mois de Doul Qi’da de l’an 4 de l’hégire.

Une deuxième étape de la trêve avec les dirigeants paganistes qui aboutit à la conquête de la Mecque au mois de Ramadan de l’an 8. C’est aussi l’étape de l’appel des rois à l’islam.

Une dernière étape qui va jusqu’à la mort du Prophète  saws , au mois de Rabi’ AL Awwal de l’an 9. Etape de l’entrée en masse des gens dans l’islam.
 

_________________
Ô notre Seigneur! Déverse sur nous l'endurance et fais nous mourir entièrement soumis.
( Al A'raf verset 126)


Revenir en haut
MudjahidaFisabililLLah
membre novice
membre novice

Hors ligne

Inscrit le: 20 Jan 2009
Messages: 38
Localisation: France
Féminin
Point(s): 212
Moyenne de points: 5,58

MessagePosté le: Ven 29 Mai - 22:59 (2009)    Sujet du message: Lecture de la page 243 à 263 Répondre en citant

La situation qui prévalait à Médine


Au moment de l’Hégire :


L’émigration était synonyme d’édification d’une nouvelle société dans un pays en sécurité. Le Prophète  saws occupait le rôle d’imam, de général et de guide. Il devait coopérer avec trois types de tribus :

Ses compagnons
Les associateurs de Médine n’étant pas encore convertis
Les juifs

Avec chaque tribu il devait faire face à différents problèmes :

Avec ses compagnons, il devait faire face à leur incapacité à édifier une nouvelle société. En effet, ils avaient totalement changé de conditions de vie et étaient pour le moins désemparés à un moment où ils devaient faire face aux problèmes de subsistance, de politique et autres.

Les musulmans étaient divisés en deux parties :

Les Ansâr, qui étaient donc chez eux, dans leurs maisons
Les muhadjirun, qui avaient tout perdu

L’arrivée en masse des derniers ébranla donc l’économie de Médine.

Avec les associateurs de Médine, les problèmes étaient moindres, en cela que la plupart finirent par se convertir ensuite. Il demeurait des personnages hostiles à l’islam mais ils gardaient secrète leur inimitié. Parmi eux, Abdoullah ibn Oubai, dont les deux tribus Aws et Khazraj avaient reconnu l’autorité et qui devait, avant que le Prophète  saws ne débarque à Médine, devenir le roi de Médine. Pour cela, il éprouvait de la haine envers le Messager  saws qu’il voyait comme un rival. Il fit mine d’accepter l’islam après Badr, mais ne l’accepta pas au fond de son cœur.

Enfin, le Prophète  saws devait aussi faire face aux problèmes avec les juifs, qui méprisaient énormément les Arabes et se sentaient supérieurs à eux. Il avaient notamment le monopole du commerce et gagnaient énormément d’argent avec l’usure. Ils montaient les diverses tribus arabes les unes contre les autres. On comptait trois grandes tribus juives : les Banou Kaynoukaa, alliés des Khazraj, les Banou An Nadir et les Banou Qoraidha, alliés des Aws.

Abdullah Ibn Salam, juif converti à l’islam qui avait posé des questions au Messager saws auxquelles seul un prophète pouvait répondre, témoigne lui-même du fait que les juifs sont un peuple de calomnie et de diffamation.

Il restait les Qoraichites, irréductibles ennemis du Prophète  saws qui incitèrent les asociateurs de la Péninsule contre Médine, qui subit de ce fait une sorte de boycott. Une situation de guerre prévalait réellement entre les deux camps.


La construction de la mosquée du Prophète saws

Le Prophète  saws ordonna donc sa construction à l’endroit où sa chamelle s’agenouilla. Il acheta le terrain de deux orphelins et participa lui-même à son édification.
Il donna l’ordre de déterrer les associateurs, de niveler les décombres, de couper les arbres et de diriger la mosquée vers Jérusalem.

Cette mosquée était à la fois lieu de prière, université, maison pour les pauvres émigrés..

Au début de l’hégire l’appel à la prière fut institué.


La fraternisation des musulmans

Le Prophète saws instaura une réelle fraternisation entre les Ansar et les émigrés, émigration qui les fit même s’hériter les uns des autres jusqu’à ce qu’Allah  azwaj ne révèle un verset interdisant ce type d’héritage.
Il s’ensuivit un lien très fort entre les deux partis.


Le pacte de l’alliance islamique

Le Prophète  saws conclut un pacte unissant les musulmans sur la base de valeurs de fraternité, d’entraide en cas d’agression, d’instauration du prix du sang, de solidarité etc…


Impact des valeurs sociales

Le Prophète saws édifia donc cette société naissante sur la base de ces valeurs, ce qui fit d’elle la plus noble et la plus belle qu’ait connu l’histoire.


Le pacte conclu avec les juifs


Soucieux d’assurer la paix de cette société, le Prophète saws conclut un pacte avec les juifs, leur garantissant la liberté absolue de pratiquer leur religion et de s’occuper eux-mêmes de leurs biens. Le but étant de conserver l’inviolabilité de Médine.
Après ce pacte, Médine devint la capitale d’un état harmonieux avec MUhammed  saws pour dirigeant.
 


_________________
Ô notre Seigneur! Déverse sur nous l'endurance et fais nous mourir entièrement soumis.
( Al A'raf verset 126)


Revenir en haut
MudjahidaFisabililLLah
membre novice
membre novice

Hors ligne

Inscrit le: 20 Jan 2009
Messages: 38
Localisation: France
Féminin
Point(s): 212
Moyenne de points: 5,58

MessagePosté le: Sam 30 Mai - 09:48 (2009)    Sujet du message: Lecture de la page 264 à 277 Répondre en citant

LA LUTTE SANGLANTE


Furieux de voir que les musulmans leur avaient échappés, les Qoraichites devinrent plus enragés encore et écrivirent à Abdillah Ibn Oubay Ibn Saloul, qui était sensé devenir roi de Médine avant que n’y arrive le Prophète saws .
Ils s’accordèrent donc ensemble pour tuer le Prophète  saws . Mis au courant de leur dessein, celui-ci les rencontra et Abdillah perdit ainsi sa volonté de le combattre, même s’il guettait toujours la moindre opportunité de nuire aux musulmans.


La déclaration d’intentions d’interdire la Mosquée Sacrée

Alors que Saad ibn Mouad, musulman médinois, était venu accomplir le pèlerinage, il rencontra Abou Jahl qui le menaça lui disant qu’il n’avait pas à se promener à la mosquée sacrée, étant donné qu’il avait lui et son peuple, accueilli Muhammed saws


Les Qoraichites menacent les Muhajirines

Conscient du danger qui le guettait, le Prophète  saws ne passait pas une nuit sans être gardé par un musulman, jusqu’à ce qu’Allah  azwaj révéla un verset disant que c’est Lui, Allah azwaj , qui le protège des gens.


L’autorisation de combattre

Allah  azwaj autorisa donc les musulmans à combattre, et ce uniquement afin d’instaurer les rituels imposés par Lui-même.

أُذِنَ لِلَّذِينَ يُقَاتَلُونَ بِأَنَّهُمْ ظُلِمُوا وَإِنَّ اللَّهَ عَلَى نَصْرِهِمْ لَقَدِيرٌ
22.39. Autorisation est donnée à ceux qui sont attaqués (de se défendre) - parce que vraiment ils sont lésés; et Allah est certes Capable de les secourir -

Pour le moment la prudence était de mise, et il valait mieux aux musulmans de s’assurer le contrôle de la route commerciale des Qoraichites, allant de la Mecque à la Syrie. La stratégie du Prophète  saws pour ce faire reposait sur deux axes :

Conclure des pactes de non aggression avec les tribus avoisinant cette route.
Envoyer des convois sur cette route.


Les expéditions dirigées par le Prophète  saws nommées Ghazwa et celles dirigées par l’un de ses généraux nommées Sariyya :

Il envoya donc des patrouilles de reconnaissance pour récolter le maximum d’informations concernant les routes autour de Médine et dans le but de signer des pactes, le but étant de forcer les Qoraichites à la paix, une fois qu’ils auraient réalisé leur impuissance.

expédition Sariyya de Sayf al Bahr :
Ramadhan, année 1 de l’hégire
Dirigée par Hamza ibnAbdil Mouttalib
30 hommes muhajjirun
but : intercepter la caravane des Qoraichites
fin : un allié des deux camps empêcha le combat

expédition sariyya de Rabigh

Chawwal, an 1 de l’hégire
Dirigée par Oubayda ibnAl Harith bn Al Mouttalib
60 cavaliers muhajjirun
rencontre avec Abou Soufyan, tirage de flèches mais pas de combat
deux hommes musulmans, cachés parmi les infidèles en profitèrent pour rejoindre les musulmans.

expédition Sariyya d’al Kharrar
Thil Qi’da an 1 de l’hégire
Saad ibn Abi Waqqas
20 hommes
but : intercepter la caravane des qoraichites, objectif échoué, la caravane étant déjà passée

expédition Ghazwa d’al Abwa
safar an 2 de l’hégire
dirigée par le Prophète saws
70 muhajjirun
signature d’un pacte d’alliance avec Amr ibn Makchi ad Damiri, seigneur de Bani Damorah

expédition ghazwa de Bouwat :
Rabi’ al Awwal, an 2 de l’hégire
Dirigée par le Prophète saws
200 compagnons
but : intercepter une caravane qoraichite

expédition ghazwa de Safwan :

Rabi’ al Awwal, an 2 de l’hégire
Suite à l’attaque de paturages de Médine par un associateur
Dirigée par le Prophète saws
70 compagnons
pas de guerre, les musulmans ne réussirent pas à rattraper les associateurs qu’ils poursuivaient.

expédition ghazwa de Thil Achira
joumouda al oula et joumouda al akhira de l’an 2 de l’hégire
dirigée par le Prophète saws
150 ou 200 hommes
but : intercepter une caravane, mais elle était déjà passée
signature d’un traité de paix avec Bani Madlaj

expédition sariyya de Nakhla
Rajab, an 2 de l’hégire
Dirigée par Abdallah ibn Jash al Asadi
12 muhajjirun
ils rencontrèrent une caravane de qoraichites, et décidèrent de combattre, malgré le fait d’être au mois sacré de Rajab, ils tuèrent ainsi Amr ibn Al Hadrami, premier meurtre dans l’islam
Ils furent réprimandés par le Prophète saws pour leur violation du mois sacré et un verset fut révélé à cette occasion

يَسْأَلُونَكَ عَنِ الشَّهْرِ الْحَرَامِ قِتَالٍ فِيهِ قُلْ قِتَالٌ فِيهِ كَبِيرٌ وَصَدٌّ عَن سَبِيلِ اللّهِ وَكُفْرٌ بِهِ وَالْمَسْجِدِ الْحَرَامِ وَإِخْرَاجُ أَهْلِهِ مِنْهُ أَكْبَرُ عِندَ اللّهِ وَالْفِتْنَةُ أَكْبَرُ مِنَ الْقَتْلِ وَلاَ يَزَالُونَ يُقَاتِلُونَكُمْ حَتَّىَ يَرُدُّوكُمْ عَن دِينِكُمْ إِنِ اسْتَطَاعُواْ وَمَن يَرْتَدِدْ مِنكُمْ عَن دِينِهِ فَيَمُتْ وَهُوَ كَافِرٌ فَأُوْلَـئِكَ حَبِطَتْ أَعْمَالُهُمْ فِي الدُّنْيَا وَالآخِرَةِ وَأُوْلَـئِكَ أَصْحَابُ النَّارِ هُمْ فِيهَا خَالِدُونَ.

2..217- Ils t'interrogent sur le fait de faire la guerre pendant les mois sacrés. - Dis : “Y combattre est un péché grave, mais plus grave encore auprès d'Allah est de faire obstacle au sentier d'Allah, d'être impie envers Celui-ci et la Mosquée sacrée, et d'expulser de là ses habitants . L'association est plus grave que le meurtre.” Or, ils ne cesseront de vous combattre jusqu'à, s'ils peuvent, vous détourner de votre religion. Et ceux parmi vous qui adjureront leur religion et mourront infidèles, vaines seront pour eux leurs actions dans la vie immédiate et la vie future. Voilà les gens du Feu : ils y demeureront éternellement.

le Prophète  saws libéra les deux prisonniers qui avaient été attrapés par les musulmans et pria le prix du sang pour le meurtre.


Au mois de Chaaban de l’an 2, Allah  azwaj ordonna le changement de qibla de Jérusalem vers la Mecque.La lutte sanglante était imminente et les musulmans devenaient plus actifs et motivés pour le jihad.
 

_________________
Ô notre Seigneur! Déverse sur nous l'endurance et fais nous mourir entièrement soumis.
( Al A'raf verset 126)


Revenir en haut
MudjahidaFisabililLLah
membre novice
membre novice

Hors ligne

Inscrit le: 20 Jan 2009
Messages: 38
Localisation: France
Féminin
Point(s): 212
Moyenne de points: 5,58

MessagePosté le: Sam 30 Mai - 10:40 (2009)    Sujet du message: Lecture de la page 278 à 298 Répondre en citant

LA GRANDE BATAILLE DE BADR

Première bataille cruciale de l’islam




La cause de la bataille

Le Prophète  saws commença cette expédition à cause de la caravane des Qoraichites lui ayant échappé. Il envoya deux compagnons s’enquérir de ses nouvelles. Cette caravane transportait d’énormes richesses et le prophète conseilla aux musulmans d’aller l’attaquer, espérant qu’Allah  azwaj les aide dans cette entreprise. Il ne contraignit cependant personne à y aller ; c’est pourquoi il ne fut reproché à aucun compagnon qui l’avait délaissé, ceux-ci pensant qu’il allait s’agir d’une petite expédition.


L’effectif de l’armée des musulmans et la répartition des commandements

300 hommes accompagnaient le Prophète saws .
cependant, aucun grand préparatif ne fut mis en place, les musulmans ne se doutaient point de l’immensité de la bataille qui les attendait.
Il y eut donc 2 escadrons,

Celui des muhajjirin, dont Ali ibn Abi Talib portait le drapeau noir
Celui des Ansar, dont le drapeau noir aussi était porté par Saad ibn Mouath


L’armée des musulmans se dirige vers Badr

Le Prophète  saws avançait donc à la tête d’une armée inexpérimentée.


L’annonce de la nouvelle à La Mecque

Abou Soufyan était le responsable de la caravane, à laquelle il avait accordé toute son attention dans le but de la protéger.
Ayant entendu dire que Muhammed  saws venait à sa rencontre, il dépêcha Damdam ibn Amr al Ghifari à La Mecque appelant les Qoraichites au secours pour défendre sa caravane.


Les mecquois se préparent à la Ghazwa

Un homme sur 2 étant présent à l’expédition ou représenté par un tiers. Des notables ne manquait qu’Abou Lahab, qui s’était toutefois fait représenté. Seule la tribu Bani ‘Adi, réticente, refusa d’y prendre part.


L’effectif de l’armée de la Mecque

1300 hommes, 100 chevaux, 600 cuirasses et de très nombreux chameaux.
A la tête de cette armée :Abou Jahl ibn Hicham.


Le problème des Bani Bakr

Les Bani Bakr étaient une tribu rivale de Qoraichites et ces derniers craignaient de se faire attaquer par eux en même temps que par l’armée de Muhammed saws .
Iblis leur apparut sous la forme du seigneur de Bani Kinana, afin de les rassurer.

L’armée de la Mecque se mit alors en route. Averti par Majdi ibn Amr, Abou Soufyan réussit de peu à s’échapper et à ne pas tomber entre les mains de l’armée de Médine.

L’armée de la Mecque fut ensuite sujette à des dissidences de la part de certains, au point que Al Akhnas ibn Souraik se retira de l’armée avec sa tribu Bani Zahra. Il ne resta alors plus que 1000 hommes.


La situation critique de l’armée des musulmans

Le Prophète  saws obtint des renseignements sur l’avancée de l’armée de la Mecque et sut alors qu’il n’était plus possible de reculer et qu’un affrontement sanglant allait bel et bien avoir lieu.


Le conseil consultatif

Il tint alors un conseil militaire consultatif, au cours duquel les cœurs de certains musulmans tremblèrent, comme mentionné dans ce verset :

كَمَا أَخْرَجَكَ رَبُّكَ مِن بَيْتِكَ بِالْحَقِّ وَإِنَّ فَرِيقاً مِّنَ الْمُؤْمِنِينَ لَكَارِهُونَ
8.5. De même, c'est au nom de la vérité que ton Seigneur t'a fait sortir de ta demeure, malgré la répulsion d'une partie des croyants .

يُجَادِلُونَكَ فِي الْحَقِّ بَعْدَ مَا تَبَيَّنَ كَأَنَّمَا يُسَاقُونَ إِلَى الْمَوْتِ وَهُمْ يَنظُرُونَ
8.6. Ils discutent avec toi au sujet de la vérité après qu'elle fut clairement apparue; comme si on les poussait vers la mort et qu'ils (la) voyaient .

Abou Bakr et Omar se manifestèrent en faveur de l’affrontement, et le reste de Muhajjirun et des Ansar suivit.

Le Prophète  saws effectua en compagnie d’Abou Bakr des opérations de reconnaissance, afin de repérer la situation de l’armée mecquoise. Il envoya également Ali, Az Zoubair ibn al Awwam et Saad ibn Abi Waqqas chercher des informations sur l’armée adverse. Ceux-ci capturèrent deux serveurs d’eau des qoraichites , par l’intermédiaire desquels ils surent que le nombre des ennemis s’évaluait à environ 900 ou 1000 hommes.
La nuit suivante, Allah  azwaj fit descendre une eau qui fut pour les ennemis une grande averse les empêchant d’avancer et qui se manifesta aux musulmans sous la forme d’une douce rosée qui les purifia.


L’armée des musulmans devance celle de la Mecque et occupe tous les points stratégiques


Le Messager d’Allah  saws allait camper à l’endroit le plus proche des eaux de Badr lorsque l’expert militaire Al Houbab ibn Al Mounthir lui conseilla d’avancer au maximum. Ils construisirent un bassin et dévastèrent toutes les autres eaux.

Les musulmans construisirent ensuite un poste de commandement pour le prophète et une équipe constituée de jeunes Ansar fut dépêchée pour le garder.


Mobilisation et veillée d’armes de l’armée


La nuit du vendredi 17 ramadhan de l’an 2, le Prophète  saws la passa en prière, quant à ses compagnons, ils furent enveloppés d’un doux sommeil, mentionné dans le verset :

إِذْ يُغَشِّيكُمُ النُّعَاسَ أَمَنَةً مِّنْهُ وَيُنَزِّلُ عَلَيْكُم مِّن السَّمَاء مَاء لِّيُطَهِّرَكُم بِهِ وَيُذْهِبَ عَنكُمْ رِجْزَ الشَّيْطَانِ وَلِيَرْبِطَ عَلَى قُلُوبِكُمْ وَيُثَبِّتَ بِهِ الأَقْدَامَ
8.11. Et quand Il vous enveloppa de sommeil comme d'une sécurité de Sa part, et du ciel Il fit descendre de l'eau sur vous afin de vous en purifier, d'écarter de vous la souillure du Diable, de renforcer les cœurs et d'en raffermir les pas ! [vos pas].

le lendemain matin un groupe de Qoraichites tentèrent de s’abreuver au bassin du Prophète saws . Ils furent tous tués à l’exception de Hakim ibn Khouzam qui se convertit plus tard.

Les qoraichites envoyèrent Amir ibn Wahb al Joumahi à la recherche d’informations sur l’armée adverse. Il revint, annonçant aux qoraichites un destin chargé de malheur et leur conseilla d’abandonner le combat.
Otba Ibn Rabiaa lui-même entra dans l’opposition et prêcha le retour à la Mecque sans combat, mais fut ensuite convaincu de poursuivre par Abou Jahl.


Le début des affrontements

L’associateur al Aswad ibn Abdil Aswad al Makhzoumi sortit le premier des rangs et fut aussitôt tué par Hamza. Ce meurtre déclencha la bataille et les trois meilleurs cavaliers qoraichites s’avancèrent : Otba et Chayba ibn Rabiaa et Al Walid ibn Otba. Ils demandèrent à affronter des nobles et Oubayda ibn Harith, Hamza et Ali se présentèrent à eux. Ali et Hamza tuèrent leurs adversaires et aidèrent Oubayda, blessé, à achever le sien.


L’attaque généralisée

Les qoraichites, ayant perdu trois de leurs meilleurs hommes décochèrent une série de flèches contre les musulmans, qui se défendaient à coups de ‘Ahad, Ahad’ (unique, unique).
Le Prophète  saws ne cessait d’implorer son Seigneur azwaj , qui lui répondit par ce verset :

إِذْ تَسْتَغِيثُونَ رَبَّكُمْ فَاسْتَجَابَ لَكُمْ أَنِّي مُمِدُّكُم بِأَلْفٍ مِّنَ الْمَلآئِكَةِ مُرْدِفِينَ
8.9. (Et rappelez-vous) le moment où vous imploriez le secours de votre Seigneur et qu'Il vous exauça aussitôt : “Je vais vous aider d'un millier d'Anges déferlant les uns à la suite des autres.

Apercevant Jibril (Alayhi Salam), le Prophète  saws sut qu’Allah  azwaj avait envoyé un renfort d’anges et que la victoire était proche, il enfila alors sa cuirasse et, face aux qoraichites, leur lança une poignée de graviers qui pénétèrent leurs yeux, leurs narines et leurs bouches :

فَلَمْ تَقْتُلُوهُمْ وَلَـكِنَّ اللّهَ قَتَلَهُمْ وَمَا رَمَيْتَ إِذْ رَمَيْتَ وَلَـكِنَّ اللّهَ رَمَى وَلِيُبْلِيَ الْمُؤْمِنِينَ مِنْهُ بَلاء حَسَناً إِنَّ اللّهَ سَمِيعٌ عَلِيمٌ8.17. Ce n'est pas vous qui les avez tués : mais c'est Allah qui les a tués. Et lorsque tu lançais (une poignée de terre) , ce n'est pas toi qui lançais : mais c'est Allah qui lançait, et ce pour éprouver les croyants d'une belle épreuve de Sa part ! Allah est Audient et Omniscient.


le Prophète  saws donna l’ordre de contre attaquer et promit le paradis à quiconque se battrait jusqu’à se faire tuer.
Les corps des associateurs tombaient mutilés, avant même que l’épée des musulmans ne les ait touchés !

 

_________________
Ô notre Seigneur! Déverse sur nous l'endurance et fais nous mourir entièrement soumis.
( Al A'raf verset 126)


Revenir en haut
MudjahidaFisabililLLah
membre novice
membre novice

Hors ligne

Inscrit le: 20 Jan 2009
Messages: 38
Localisation: France
Féminin
Point(s): 212
Moyenne de points: 5,58

MessagePosté le: Lun 1 Juin - 14:06 (2009)    Sujet du message: Lecture de la page 299 à 318 Répondre en citant

Iblis se retire du champ de bataille

Iblis, qui avait pris la forme de Sourakah ibn Malik ibn Jaacham al Madlaji quitta les ranges des associateurs, en apercevant les anges.


L’écrasante défaite

Les associateurs commencèrent à se sauver, voyant la situation tourner au carnage dans leurs rangs. Abou Jahl essaya de résister lorsque deux jeunes médinois lui firent face et le transpercèrent de leurs épées. Ibn Mas’oud l’acheva et lui trancha la tête, qu’il apporta ensuite au Prophète  saws .

Durant cette bataille il y eut quelques scènes de manifestations de la grandeur de la foi des musulmans, entre autres des combats opposèrent le père au fils. Le Prophète  saws interdit de tuer certains associateurs, venus à la bataille contre leur gré ; il décida d’épargner également Al Abbas ibn Abdil Mouttalib.


Bilan humain du combat

Il y eut parmi les musulmans 14 martyrs, six mecquois et huit médinois. 70 associateurs furent faits prisonniers 70 furent tués.


La nouvelle de la victoire

A la Mecque, les Qoraichites furent défaits d’apprendre cette nouvelle, Abou Lahab mourut peu de temps après d’un abscès, il connut un triste sort, personne n’osait approcher son cadavre, si bien qu’on l’enterra en poussant son corps dans un trou à l’aide d’un bâton.
Les qoraichites interdirent les lamentations funèbres, dans le but de ne pas causer de joie aux musulmans.

A Médine, un accueil triomphal fut réservé au Prophète saws . La nouvelle fut apprise après l’enterrement de la fille du Prophète  saws Roukayya.


Les divergences au sujet du butin

Des divergences virent le jour parmi les musulmans au sujet du partage du butin, divergences tranchées par Allah azwaj :

يَسْأَلُونَكَ عَنِ الأَنفَالِ قُلِ الأَنفَالُ لِلّهِ وَالرَّسُولِ فَاتَّقُواْ اللّهَ وَأَصْلِحُواْ ذَاتَ بِيْنِكُمْ وَأَطِيعُواْ اللّهَ وَرَسُولَهُ إِن كُنتُم مُّؤْمِنِينَ
8.1. Ils t'interrogent au sujet du butin. Dis : “Le butin est à Allah et à Son messager.” Craignez Allah, maintenez la concorde entre vous et obéissez à Allah et à Son messager, si vous êtes croyants.

A l’arrivée du Prophète saws à Médine, il ordonna de tuer an Nadr ibn al Harith, le porte drapeau des associateurs ainsi que Okba ibn Abi Mouait, qui avait auparavant rivalisé de haine à l’égard du Prophète saws avec ses multiples agressions.

Bon nombre de médinois se convertirent à l’islam, dont certains hypocrites comme Abdoullah ibn Oubai dont la conversion n’est qu’une conversion de forme.


La question des prisonniers

Abou Bakr fut d’avis de demander une rançon tandis que Omar proposa de les tuer. Le Prophète  saws choisit de demander une rançon mais fut après coup démenti par Allah azwaj :

مَا كَانَ لِنَبِيٍّ أَن يَكُونَ لَهُ أَسْرَى حَتَّى يُثْخِنَ فِي الأَرْضِ تُرِيدُونَ عَرَضَ الدُّنْيَا وَاللّهُ يُرِيدُ الآخِرَةَ وَاللّهُ عَزِيزٌ حَكِيمٌ
8.67. Un prophète ne devrait pas faire de prisonniers avant d'avoir prévalu [mis les mécréants hors de combat] sur la terre. Vous voulez les biens d'ici-bas, tandis qu'Allah veut l'au-delà. Allah est Puissant et Sage .


لَّوْلاَ كِتَابٌ مِّنَ اللّهِ سَبَقَ لَمَسَّكُمْ فِيمَا أَخَذْتُمْ عَذَابٌ عَظِيمٌ
8.68. N'eût-été une prescription préalable d'Allah, un énorme châtiment vous aurait touché pour ce que vous avez pris. [de la rançon]

les mecquois qui étaient dans l’incapacité de payer leur rançon devaient instruire 10 jeunes médinois.Le prophète grâcia son gendre Abou al As, à la condition qu’il libère sa fille Zaynab, lui permettant ainsi d’émigrer.


Le coran fait allusion à la bataille de Badr

La sourate Le Butin fut révélée à propos de cette bataille. Allah  azwaj attira l’attention des musulmans sur leurs erreurs et les amène à la modestie en leur rappelant le bienfait et l’aide qu’Allah leur a apportée.

En l’an 2 de l’hégire le jeûne du Ramadhan fut établi ainsi que la zakat al fitr. Les quantités à extraire de la zakat al mal furent également définies.
  

_________________
Ô notre Seigneur! Déverse sur nous l'endurance et fais nous mourir entièrement soumis.
( Al A'raf verset 126)


Revenir en haut
MudjahidaFisabililLLah
membre novice
membre novice

Hors ligne

Inscrit le: 20 Jan 2009
Messages: 38
Localisation: France
Féminin
Point(s): 212
Moyenne de points: 5,58

MessagePosté le: Lun 1 Juin - 16:56 (2009)    Sujet du message: Lecture de la page 319 à 338 Répondre en citant


LES ACTIVITES MILITAIRES ENTRE BADR ET OHOD



De la bataille de Badr les associateurs mais aussi les juifs en sortirent très déçus. A Médine, certains d’entre eux, parmi lesquels Abdoullah ibn Oubai, se convertirent à l’islam de façon hypocrite, lorsqu’ils ne virent plus que cette solution pour garder leur puissance.

Les bédouins, vivant du pillage, haïssaient également les musulmans, craignaient que ceux-ci ne créent un état fort, leur empêchant de s’adonner à leur activité.


L’expédition de Bani Salim à Al Koudr


Le Prophète  saws obtint l’information selon laquelle les Banou Salim et les Banou Ghatafan se préparaient à attaquer Médine. Le Prophète  saws sortit donc avec 200 cavaliers les poursuivant. Ceux-ci prirent la fuite et l’armée médinoise s’empara des 500 chameaux qu’ils laissèrent derrière eux.


Complot pour l’assassinat du Prophète saws

Safwan ibn Omayya et Omair ibn Whab al Joummhi, deux qoraichites, s’entendirent pour aller tuer le Prophète saws . Omair alla vers le Prophète  saws faisant mine de vouloir s’entretenir avec lui au sujet de son fils retenu prisonnier. Le Prophète  saws et son fils fut libéré. Par son intermédiaire, de nombreuses personnes se convertirent.


L’expédition Ghazwa de Kaynoukaa

Bien qu’un pacte unissait les musulmans aux juifs, ces derniers le violaient constamment, ourdissant des complots contre les musulmans. Un jour alors qu’un juif s’en prit de manière indécente à une femme musulmane, un musulman le tua et appela les musulmans à son secours, l’affrontement alors fut inévitable.

Le Prophète  saws marcha donc avec ses soldats sur Bani Kaynoukaa au mois de Chawwal de l’an 2 de l’hégire. Ils les assiègea et ceux-ci se soumirent. Plus tard, à la demande de Abdoullah ibn Oubai ibn Saloul, le Prophète  saws les laissa sortir, leur donnant l’ordre de ne plus s’approcher de Médine.


L’expédition Ghazwa d’As Sawik

Abou Soufyan sortit avec 200 cavaliers dans le but d’attaquer Mohammed saws . Cependant, il se contenta de commettre quelques actes de piraterie et de tuer un Ansar et son allié avant de prendre la fuite, abandonnant leur bouillie sucrée ‘as sawik’ que les musulmans ramassèrent.
Cette expédition eut lieu deux mois après Badr (thil Hijja an 2).


L’expédition Ghazwa de Thi Amr

Elle fut la plus grande expédition militaire dirigée par le Prophète saws avant Ohod et eut lieu au mois de Moharram en l’an 2. Le Prophète  saws apprit que Bani Thaalaba et Bani Mouharib prévoyaient d’attaquer les extrémités de Médine. Il sortit avec 450 hommes et à son arrivée sur les lieux, l’ennemi se dispersa. Le Prophète  saws y passa tout le mois de Safar de l’an 3 de manière à montrer à l’ennemi sa puissance.


Le meurtre de Kaab ibn Al Achraf


Il était l’un des juifs les plus hostiles à l’islam et commença à attiser la haine entre les associateurs et les musulmans en composant des poèmes à la mémoire des associateurs morts à Badr, il alla jusqu’à chanter la beauté des femmes des compagnons de façon indécente. Le Prophète saws donna alors l’ordre de le tuer, ce qui fut fait au mois de Rabi’ al Awwal de l’an 3 de l’hégire.


L’expédition Ghazwa de Bahran


Le Prophète saws passa deux mois de l’an 3 dans un minerai du Hijaz en compagnie de 300 combattants. Aucune bataille n’eut cependant lieu.


L’expédition Sariyya de Zayd ibn Haritha


Elle eut lieu au mois de Joumoudal-Akhira de l’an 3. Zayd ibn Haritha partit à la tête de 100 cavaliers à la rencontre d’une caravane de commerce des qoraichites. Ils s’emparèrent de la caravane et les qoraichites fuyèrent. Ils capturèrent le guide de la caravane Fourat ibn Hayyan qui se convertit à l’islam.

Suite à cet évènement, les qoraichites n’en furent que plus décidés à attaquer les musulmans sur leur territoire, ce qui amena à la bataille d’Ohod que nous allons voir incha Allah.
lui raconta alors la scène de sa discussion avec Safwan et montra qu’il savait qu’il était venu le tuer. Ce dernier se convertit immédiatement à l’islam, sachant qu’une telle information ne pouvait venir que d’Allah   

_________________
Ô notre Seigneur! Déverse sur nous l'endurance et fais nous mourir entièrement soumis.
( Al A'raf verset 126)


Revenir en haut
MudjahidaFisabililLLah
membre novice
membre novice

Hors ligne

Inscrit le: 20 Jan 2009
Messages: 38
Localisation: France
Féminin
Point(s): 212
Moyenne de points: 5,58

MessagePosté le: Sam 6 Juin - 12:01 (2009)    Sujet du message: Lecture de la page 338 à 360 Répondre en citant

L’expédition Ghazwa d’Ohod




Préparatifs des Qoraichites pour une bataille de revanche

Les qoraichites étaient désireux de prendre leur revanche de Badr et ils préparèrent donc une guerre à grande échelle, menée par Ikrama ibn Abi Jahl, Safwan ibn Omayya, Abou Soufyan ibn Harb et Abdoullah ibn Abi Rabi’aa.
Ils vendirent la caravane sauvée par Abou Soufyan, ce qui leur apporta une somme élevée.

Les associateurs avaient regroupé 3000 combattants composés de qoraichites, de leurs alliés et des Abyssins. Des femmes participèrent même à l’expédition afin d’encourager les hommes.
Abou Soufyan détenait le commandement général, Khalid ibn al Walid la cavalerie avec Ikrima ibn Abi Jahl et Bani Abdid Dar détenaient le drapeau.


Le départ de l’armée mecquoise et la préparation des musulmans

L’armée mecquoise se dirigea donc vers Médine. Al Abbas ibn Abdil Mouttalib se chargeait de surveiller ses mouvements et de communiquer au prophète les renseignements nécessaires. Ainsi, les musulmans ne quittèrent plus les armes, un commando de Ansar assurait la garde du Prophète saws .

L’armée de la Mecque campa tout près de Ohod, le vendredi 6 Chawwal de l’an 3 de l’hégire.
Le prophète convoqua un conseil consultatif pour décider de la stratégie à adopter, il proposa de ne pas sortir de Médine, mais sur l’insistance de Hamza et de son groupe, il ordonna de quitter Médine, à la rencontre de l’ennemi.

Il y avait 3 escadrons,

Les mouhajirrin
Les ansar awsites
Les ansar kazrajites

L’armée se dotait de 1000 combattants et 100 cuirasses, sans aucun cheval.


La rébellion de Abdillah ibn Obay et ses compagnons

Celui-ci se révolta et se retira de l’armée, emmenant avec lui 300 combattants, souhaitant par là décourager les musulmans, dont deux groupes faillirent déserter, si ce n’était le soutien d’Allah, et à donner confiance aux associateurs.

Le Prophète  saws continua donc avec le reste de l’armée composée de 700 combattants.


Le plan de défense

Le Prophète  saws ordonna aux archers de ne pas bouger de leur position, afin de fermer la seule brèche par laquelle les associateurs auraient pu attaquer derrière leur dos.
Ceci eut lieu le samedi 7 Chawwal de l’an 3.


Préparatifs de l’armée Mecquoise

Abou Soufyan détenait le commandement général, Khalid ibn al Walid fut placé au flanc droit et Ikrima ibn Abi Jahl au flanc gauche.
Les qoraichites tentèrent de semer le désordre au sein des musulmans en demandant aux Ansar de se retirer et de les laisser combattre avec leur cousin. Proposition qui se vit refusée de façon violente. Ils essayèrent également de rallier les Aws à leur cause grâce à Abou Amir le crapuleux, leur ancien chef. Tout cela en vain.


Le premier accrochage et focalisation de le bataille autour du drapeau

Le premier à enclencher la lutte fut l’associateur Talha ibnAbi Talha al Abdari, surnommé par les musulmans le bélier du bataillon. Il fut aussitôt tué par le musulman az Zoubeir, ce qui lui valut l’éloge du Prophète  saws .

Ensuite, les musulmans s’attachèrent à attaquer les porteurs de drapeaux Bani Abdid Dar, qui furent tués jusqu'au dernier.

La bataille sur les autres fronts

« Amit Amit » était le slogan des musulmans lors de cette bataille. Abou Doujana, portant son célèbre bandeau rouge symbole de combat à mort, se saisit de l’épée du Prophète  saws et ne rencontrait pas un associateur sans le tuer, jusqu’à atteindre Hind bint Otba, qu’il épargna par honneur à l’épée qu’il portait.
Hamza ibn Abdil Mouttalib se battit également avec force jusqu’au moment où il fut tué par Wahchi ibnHarb, un esclave à qui son maître avait promis la liberté s’il tuait Hamza, en vengeance à son oncle tué à Badr.


Le contrôle de la situation

Malgré cette perte cruelle, les musulmans contrôlaient la situation malgré leur moindre nombre.
Les archers furent efficaces et les associateurs commençaient à battre en retraite et les musulmans se firent combattifs, avec le secours d’Allah azwaj .

OHOD SUITE

 

_________________
Ô notre Seigneur! Déverse sur nous l'endurance et fais nous mourir entièrement soumis.
( Al A'raf verset 126)


Revenir en haut
MudjahidaFisabililLLah
membre novice
membre novice

Hors ligne

Inscrit le: 20 Jan 2009
Messages: 38
Localisation: France
Féminin
Point(s): 212
Moyenne de points: 5,58

MessagePosté le: Sam 6 Juin - 12:19 (2009)    Sujet du message: Lecture de la page 360 à 381 Répondre en citant

L’erreur monumentale des archers

Lorsqu’ils virent les musulmans dominer la situation et ramasser le butin derrière les associateurs en fuite, certains archers quittèrent leur position, malgré l’ordre préalablement donné par le Prophète saws qui était de ne pas bouger, afin de ramasser leur part de butin.

Leur commandant en chef, Abdoullah ibn Joubair, conserva sa position avec quelques uns de ses compagnons .

Le flanc de l’armée musulmane se trouva ainsi dégarni.


Khalid ibn Al Walid monte un plan visant à l’encerclement de l’armée musulmane

Il prit l’armée musulmane par derrière et ne tarda pas à éliminer Abdoullah ibn Joubair et ses compagnons. Alertés par les cris des musulmans, les associateurs en fuite firent demi tour et reprirent le combat.


Attitude héroïque du Prophète saws

Celui-ci fut pris au dépourvu par l’armée mecquoise. Prenant alors un risque important, il appela les musulmans à se regrouper autour de lui. Les associateurs cependant l’approchèrent avant les musulmans.


La dispersion des musulmans au vu de la situation

Certains musulmans perdirent la raison et décidèrent de fuir vers Médine ou vers les montagnes environnantes. La confusion régna au point que les musulmans s’entretuèrent ! Ainsi, Houthayfa vit son père Al Yaman se faire tuer par les musulmans.
Ensuite, une fausse nouvelle se répandit selon laquelle le Prophète  saws avait été tué, ce qui en découragea certains autres, bien que certains tels Anas ibn An Nadir décida de combattre jusqu’au martyr.
Puis, voyant de tels gens se sacrifier, les musulmans reprirent de leur vigueur et apprirent que la nouvelle de la mort du Prophète  saws était fausse.

Un groupe de compagnons constitué de Abou Bakr, Omar et Ali entre autres se chargeait du Prophète  saws .


Violence des combats autour du prophète et moment le plus critique de sa vie

7 Ansar et 2 muhajirrins protégaient le Prophète saws . Les 6 ansars furent tués, le septième fut rendu incapable de combattre à cause de ses blessures. Les associateurs concentraient leurs efforts pour tuer le Prophète  saws .
Otba ibn Abi Wakkâs cassa une dent du Prophète saws et le blessa à la lèvre inférieure. Il fut également blessé au front par Abdullah ibn Chihab az Zouhri qui lui asséna aussi un violent coup à l’épaule.
Le Prophète saws demanda à Allah azwaj de pardonner à son peuple car il ne sait pas.
Les deux qoraichites restant à défendre le messager furent Saad ibn Abi Wakkâs et Talha ibn Obaydillah, qui firent tous deux preuve d’un courage hors du commun qui parvint à éloigner le commando de qoraichites.
Allah  azwaj fit ensuite descendre Son secours, et certains rapportent avoir vu deux hommes vêtus de blanc, qui n’étaient autres que Jibril (Alayhi Salam)et Mikail (Alayhi Salam).

Puis les compagnons se rallièrent autour du Messager d’Allah  saws . On compte parmi eux Abou Doujana, l’homme au bandeau rouge, Mosaab ibn Omair, Ali ibn Abi Talib, Omar, Qatada…

Les associateurs redoublèrent d’efforts pour les attaquer mais leurs tentatives étaient vaines.


Exploits et nouvelle de la mort du Prophète saws

Au cours de la bataille certains compagnons réalisèrent de véritables exploits, tels Abou Talha et Abou Doujana s’offrant comme bouclier pour le Prophète saws . Qatada, AbdourrRahman ibn Awf et Malik ibn Sinan montrèrent des preuves de bravoure et d’amour du Prophète saws .
Mosaab ibn Omair fut le porte drapeau jusqu’au moment où il fut tué, et le drapeau revint à Ali.
L’associateur ayant tué Mosaab pensait avoir tué Mohammed saws et répandit alors la nouvelle de sa mort aussi bien parmi les associateurs que les musulmans, ce qui réduisit les attaques des associateurs et découragea les musulmans.


Le Messager d’Allah  saws continue la lutte et sauve la situation

Il rejoignit son armée encerclée et rallia autour de lui 300 compagnons. Il organisa ensuite un retrait.
Certains musulmans furent pris de somnolence comme une sécurité venant d’Allah  azwaj .
Le Prophète  saws fraya enfin un passage pour le reste de son armée vers le point de sécurité.
Il tua Obay ibn Khalaf, celui-ci se sachant tué sans pourtant n’avoir aucune blessure, le Prophète saws lui ayant dit à La Mecque qu’il le tuerait.


Dernière attaque des associateurs

Après que le Prophète saws eut rejoint son poste de commandement, les associateurs tentèrent d’escalader la montagne et sur les ordres du Prophète  saws , Omar combattit avec un groupe de mouhajirin et Saad parvint à tous les repousser avec une seule flèche.

Les associateurs s’occupèrent ensuite à mutiler les corps des martyrs musulmans qu’ils trouvaient.

Abou Soufyan donna rendez vous à l’armée musulmane l’année d’après à Badr, ce qui fut accepté.

Voyant que les associateurs enfourchaient leurs chameaux pour retourner à la Mecque, les musulmans purent alors inspecter les blessés et les tués. Certaines femmes, comme Aicha, arrivèrent et s’occupèrent de désaltérer les blessés.
Al Ousayrim, à qui on avait déjà proposé l’islam en vain, avoua qu’il était à Badr pami les musulmans, mû par sa foi en Allah azwaj .
Le Prophète  saws annonça le paradis pour lui, bien qu’il n’eut jamais accompli aucune prière.
Au contraire, Kazman, qui combattit aux côtés des musulmans, fut promis à l’enfer, n’ayant combattu qu’au nom de sa tribu.

OHOD SUITE

 

_________________
Ô notre Seigneur! Déverse sur nous l'endurance et fais nous mourir entièrement soumis.
( Al A'raf verset 126)


Revenir en haut
MudjahidaFisabililLLah
membre novice
membre novice

Hors ligne

Inscrit le: 20 Jan 2009
Messages: 38
Localisation: France
Féminin
Point(s): 212
Moyenne de points: 5,58

MessagePosté le: Sam 6 Juin - 12:26 (2009)    Sujet du message: Lecture de la page 381 à 394 Répondre en citant

Regroupement et inhumation des martyrs

Le Prophète saws ordonna à ceux qui avaient transporté des martyrs à Médine de les ramener sur le champ de bataille afin de les enterrer sur les lieux, tels quels, sans lavage mortuaire, avec leurs vêtements.

Hamza fut enterré dans la même tombe que Abdillah ibn Jahsh, son neveu et frère de lait.

Selon un rapport fait par l’imam Ahmed, le Prophète saws loua grandement Allah azwaj en voyant le recul des associateurs.

De nombreuses femmes à qui l’on annonça la mort de leur mari, frères, père ou autre, firent preuve d’une grande patience et témoignèrent un amour profond pour le Messager d’Allah azwaj , s’enquérant de ses nouvelles, et prétendant que puisqu’il allait bien, leur affliction était moindre.

Le Prophète saws rentra à Médine le 7 Chawwal de l’an 3 de l’hégire.

Concernant le bilan de la bataille on compte 70 musulmans tués ( 65 ansar, 1 juif et 5 Muhajirin) et 22 ou 37 associateurs tués.


Etat d’urgence à Médine

Les musulmans passèrent leur nuit en alerte, surveillant le Prophète  saws et scrutant les montagnes voisines.


L’expédition ghazwa des Hamra al Asad

Le Prophète saws , craignant un retour des associateurs à l’attaque de Médine, décida de se lancer à la poursuite de l’armée de la Mecque. Il emmena avec lui tous les participants de la bataille d’Ohod, et permission fut donnée à Jabir ibn Abdillah de les accompagner.

Ils campèrent à Hamra al Asad, à 15 km de Médine.

Les associateurs entreprirent de repartir sur Médine mais se découragèrent. Abou Soufyan mena une guerre psychologique dans le but de décourager les musulmans, et sa tentative fut couronnée de succès, le Prophète  saws séjourna 3 jours à Hamra avant de retourner à Médine.Il condamna à mort Abou Azza al Joumahi, un poète qu’il avait grâcié à Badr à condition qu’il ne dénigre plus l’islam et qui n’avait pas tenu sa promesse.
Il condamna aussi Mouaawiya ibn al Moughira ibn Abil As, un des espions de la Mecque.


Conclusion

On peut dire que la bataille de Ohod fut une guerre sans réel vainqueur, puisque les associateurs, certes de force supérieure, finirent la guerre en se sauvant de l’ennemi.
60 versets de la sourate Al Imran traitent de la guerre d’Ohod, et expliquent les raisons des pertes affligées aux musulmans, dues à la désobéissance de ceux-ci envers le Prophète saws .

Les buts de cette bataille étaient entre autres de faire connaître aux musulmans les conséquences néfastes de la désobéissance au Prophète saws , de réduire la fierté des musulmans, d’accroître leur capacité à supporter les épreuves…

  

_________________
Ô notre Seigneur! Déverse sur nous l'endurance et fais nous mourir entièrement soumis.
( Al A'raf verset 126)


Revenir en haut
MudjahidaFisabililLLah
membre novice
membre novice

Hors ligne

Inscrit le: 20 Jan 2009
Messages: 38
Localisation: France
Féminin
Point(s): 212
Moyenne de points: 5,58

MessagePosté le: Sam 6 Juin - 12:34 (2009)    Sujet du message: Lecture de la page 395 à 410 Répondre en citant

Les expéditions Sariyya entre Ohod et al Ahzâb



La bataille d’Ohod eut de mauvaises répercussions sur le moral et le prestige des musulmans. Après celle-ci, les ennemis de l’islam d’entre les juifs, les bédouins et les hypocrites ne tardèrent pas à se manifester. Ainsi, moins de 2 mois après Ohod, Banou Asad entreprirent l’attaque de Médine. Les tribus Adl et Kâra tuèrent 10 compagnons lors d’un guet apens, les Banou Amir en tuèrent 70.
Banou an Nadir dressèrent un piège destiné à éliminer le prophète .

La poursuite de l’armée de la Mecque par le Prophète  saws jusqu’à Hamra al Asad redonna un peu de prestige aux musulmans.


L’expédition Sariya d’Abi Salama

Banou Khouzayma entreprirent d’attaquer les musulmans, le Prophète saws apprit que Talha et Salama, fils de Kouzayma appelaient Bani Asad à se battre contre les musulmans.
150 combattants sous le commandement d’Abi Salama furent dépéchés pour les musulmans, à la rencontre de ceux-ci, qui rebroussèrent chemin. Les musulmans en ramenèrent un troupeau de chameaux et de moutons. Ceci eut lieu au mois de Mouharram de l’an 4.



La mission de Abdillah ibn Anis

Le Prophète saws envoya ce dernier supprimer Khalid ibn Soufyan al Houthali, qui mobilisait des troupes dans le dessein d’attaquer les musulmans. Sa tête fut apportée au Prophète saws à la fin du mois de muharram.


La mission d’ar Rajia

Au mois de Safar, des gens de Adl et de Kara, se prétendant musulmans, demandèrent au Prophète saws de leur envoyer des compagnons pour leur apprendre l’islam. Ceci était en fait un guet apens et les compagnons furent tués.


La tragédie de Bir Maaouna

Abou Bara Amir ib Malik se présenta au Prophète saws , qui ne parvint pas à obtenir sa conversion, et lui demanda d’envoyer avec lui des compagnons pour présenter l’islam aux gens de Najd. 70 compagnons parmi les meilleurs furent dépêchés. Tous périrent. C’est durant cette tragédie que Amr ibn Omayya tua deux hommes de Bani Kilab, alliés du Prophète saws et qu’il pense en être des ennemis.


La Ghazwa de Bani an Nadir

Le Prophète saws se rendit auprès d’eux, en vertu du pacte qui les liait, leur demandant d’aider à payer la rançon que devait Amr ibn Omayya pour le meurtre commis.
Ils le firent patienter, le temps de chercher la somme, prétendirent-ils. Pendant ce temps ils complotèrent dans le but d’éliminer le Prophète  saws Celui-ci se sauva, mis au courant de leurs intentions par Allah azwaj par l’intermédiaire de l’ange Jibril (Alayhi Salam).
Il envoya ensuite un émissaire aux BanI An Nadir leur demandant expressément de quitter Médine, ce que ceux-ci refusèrent, forts du soutien de Abdoullah ibn Oubay.
Le Prophète saws décida alors de les combattre,en marchant jusqu’à leurs terres et en les assiègeant, Ali Ibn Abi Talib comme porte drapeau.
Le siège dura 6 nuits, Bani An Nadir furent contraints d’accepter l’exode, abandonnés qu’ils furent des autres tribus (Banou Kouraidha, Abdoullah ibn Oubay…).
Ils quittèrent Médine avec 700 chameaux, emportant tout ce qu’ils pouvaient, à l’exception des armes, que le Prophète saws leur avait interdit d’emmener, et détruisant leurs maisons.
Ceci eut lieu au mois de Rabi al Awwal de l’an 4, Allah azwaj révéla à cette occasion la sourate l’Exode.
Il existe une autre version des faits par Abou Dawoud et d’autres.


La deuxième expédition Ghazwa de Badr (deuxième, dernier ou petit Badr)

Au mois de Chaaban de l’an 4, le Prophète saws et ses compagnons (1500 hommes) se rendirent à Badr, au rendez-vous fixé à Ohod avec les Qoraichites.
Abou Soufyan était à la tête d’une armée de 2000 hommes mais en cours de chemin, il perdit confiance et lui et son armée battirent en retraite.
Les musulmans passèrent 8 jours à Badr avant de rentrer à Médine, maîtres de la situation.


L’expédition Ghazwa de Doumatil-Jandal

6 mois plus tard, le Prophète  saws apprit que les tribus basées à proximité de Doumatil-Jandal se livraient au brigandage et pensaient s’attaquer à Médine.
1000 hommes sortirent avec le Prophète saws au point de surprendre l’ennemi, qui s’enfuit aussitôt.

  

_________________
Ô notre Seigneur! Déverse sur nous l'endurance et fais nous mourir entièrement soumis.
( Al A'raf verset 126)


Revenir en haut
MudjahidaFisabililLLah
membre novice
membre novice

Hors ligne

Inscrit le: 20 Jan 2009
Messages: 38
Localisation: France
Féminin
Point(s): 212
Moyenne de points: 5,58

MessagePosté le: Sam 6 Juin - 12:53 (2009)    Sujet du message: Lecture de la page 411 à 425 Répondre en citant

L’expédition Ghazwa contre al Ahzâb (les coalisés)


Alors que la sécurité régnait à nouveau dans la région, les juifs montèrent un complot destiné à « exterminer » pour de bon les musulmans. Bani an Nadir prirent en effet contact avec les Qoraichites de la Mecque afin de s’allier à eux pour attaquer Médine. Ils firent de même avec d’autres tribus si bien qu’ils réunirent 10 000 combattants au total comprenant Qoraich, Kinana, leurs alliés parmi Touhama, Bani az Zahran, Bani Ghatafan et Banou Asad.

Cette gigantesque armée encercla Médine.
Le Prophète  saws réunit donc un conseil consultatif pour prendre une décision militaire. Soulayman al Farisi proposa le creusage d’un fossé autour de Médine, et ainsi, les musulmans, pourtant tenaillés par la faim, s’activèrent à creuser ladite tranchée.

C’est alors que l’un des miracles de la prophétie eut lieu, alors que Jabir ibn Abdillah égorgea un animal et que sa femme moulut un sa’a de grains, afin de nourrir le Prophète saws et un petit groupe de compagnons.

Le Prophète saws amena avec lui 1000 personnes qui mangèrent à leur faim, alors que la viande et les grains ne diminuaient pas.

Le même épisode se produisit avec des dattes offertes au Prophète saws .
Lors du creusage, le Prophète saws effrita également sans difficulté un roc qui jusque là résistait à tous les pics.

Le Prophète saws se retrancha donc avec 3000 musulmans au mont Salaa, les femmes et les enfants quant à eux restèrent dans les blockhaus de Médine.

Les associateurs, confus à la découverte de la tranchée, décidèrent d’assièger les musulmans, qui dès lors les assaillaient de flèches.
Certains des meilleurs cavaliers qoraichites dont Ikrima ibn Abi Jahl, Amr ibn Abd Wadd et Dirar ibn al Khattab parvinrent à se frayer un passage dans la tranchée et Amr, le plus courageux, demanda un duel. On lui envoya alors Ali ibn Abi Talib, qui le tua, ce qui provoqua la fuite des autres cavaliers qoraichites.

C’est à ce moment que le Prophète saws et les musulmans, occupés à se défendre, manquèrent certaines prières.

Cette lutte continua dura des jours, sans pourtant de véritable corps à corps, 6 musulmans et 10 associateurs périrent suite aux tirs à l’arc.

Pendant cela, le chef de Bani an Nadir se rendit chez le chef de Bani Qoraidhah, lui demandant son aide dans la lutte contre Mohammed saws . Celui-ci refusa d’abord en vertu du pacte qui le liait à Mohammed saws , puis accepta, rompant ainsi le pacte.


Dès lors les juifs de Banou Qoraidhah se livrèrent à la guerre. Safiyya, tante paternelle du Prophète saws se livra alors à un acte de courage hors du commun, en allant tuer un juif qui faisait la ronde devant leur blockhaus, de crainte qu’il ne découvre qu’aucun soldat musulman ne gardait celui-ci, et que les femmes et enfants étaient ainsi à leur merci.

Les musulmans derrière la tranchée paniquèrent, lorsqu’ils apprirent le revirement des Banou Qoraidhah du côté des associateurs et réalisèrent que leurs femmes et enfants étaient sans défense.

Allah azwaj y fait allusion sourate 33 versets 10 et 11 :

إِذْ جَاؤُوكُم مِّن فَوْقِكُمْ وَمِنْ أَسْفَلَ مِنكُمْ وَإِذْ زَاغَتْ الْأَبْصَارُ وَبَلَغَتِ الْقُلُوبُ الْحَنَاجِرَ وَتَظُنُّونَ بِاللَّهِ الظُّنُونَا
33.10. Quand ils vous vinrent d'en haut et d'en bas [de toutes parts], et que les regards étaient troublés, et les cœurs remontaient aux gorges, et vous faisiez sur Allah toutes sortes de suppositions...

هُنَالِكَ ابْتُلِيَ الْمُؤْمِنُونَ وَزُلْزِلُوا زِلْزَالاً شَدِيداً
33.11. Les croyants furent alors éprouvés et secoués d'une dure secousse.

وَإِذْ يَقُولُ الْمُنَافِقُونَ وَالَّذِينَ فِي قُلُوبِهِم مَّرَضٌ مَّا وَعَدَنَا اللَّهُ وَرَسُولُهُ إِلَّا غُرُوراً
33.12. Et quand les hypocrites et ceux qui ont la maladie [le doute] au cœur disaient : “Allah et Son messager ne nous ont promis que tromperie”.

وَإِذْ قَالَت طَّائِفَةٌ مِّنْهُمْ يَا أَهْلَ يَثْرِبَ لَا مُقَامَ لَكُمْ فَارْجِعُوا وَيَسْتَأْذِنُ فَرِيقٌ مِّنْهُمُ النَّبِيَّ يَقُولُونَ إِنَّ بُيُوتَنَا عَوْرَةٌ وَمَا هِيَ بِعَوْرَةٍ إِن يُرِيدُونَ إِلَّا فِرَاراً
33.13. De même, un groupe d'entre eux dit : “Gens de Yatrib ! Ne demeurez pas ici. Retournez [chez vous]”. Un groupe d'entre eux demande au Prophète la permission de partir en disant : “Nos demeures sont sans protection”, alors qu'elle ne l'étaient pas : ils ne voulaient que s'enfuir.

Le Prophète saws songea un moment à faire un compromis avec les Ghatafan, demandant leur retrait en échange du tiers des récoltes de Médine, mais abandonna l’idée.

C’est alors que Naim ibn Massaoud ibn Amir al Achja-i , de Banou Ghatafan, se rendit auprès du Prophète saws , lui annonçant sa conversion gardée secrète.
Etant considéré par eux comme un allié, il parvint à monter un stratagème auprès de Bani Qoraidhah et des Qoraichites, les amenant tous deux à se retirer.
Puis Allah azwaj envoya un vent très violent aux associateurs ainsi que des anges, ce qui conduisit à l’abandon des associateurs.

Cette ‘bataille’ eut lieu aux mois de Chawwal et Dhil Qaada de l’an 5 de l’hégire.
La bataille des coalisés avait été une guerre sans véritable affrontement, une guerre psychologique, qui renforça considérablement la puissance de Médine. 
 

_________________
Ô notre Seigneur! Déverse sur nous l'endurance et fais nous mourir entièrement soumis.
( Al A'raf verset 126)


Revenir en haut
Contenu Sponsorisé






MessagePosté le: Aujourd’hui à 22:45 (2016)    Sujet du message: Biographie du Prophète (Sallalahû Alayhi wa Salam)

Revenir en haut
Montrer les messages depuis:   
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    NAHDA Index du Forum -> Savoir -> Patrimoine -> Histoire Toutes les heures sont au format GMT + 1 Heure
Page 1 sur 1

 
Sauter vers:  

Index | Creer un forum | Forum gratuit d’entraide | Annuaire des forums gratuits | Signaler une violation | Conditions générales d'utilisation
Powered by phpBB © 2001, 2005 phpBB Group
Traduction par : phpBB-fr.com